Nasser Zefzafi en grève de la faim depuis 28 jours

0

Plusieurs actions de solidarité ont été organisées ces derniers jours par la société civile, en soutien aux “détenus d’opinion”, condamnés par la justice marocaine, dans le sillage du vaste mouvement de contestation Hirak qui a secoué le Maroc en 2016. 

Le leader de la contestation marocaine, Nasser Zefzafi, une des figures de proue du Hirak rifain en 2016, entame aujourd’hui son 28e jour de grève de la faim en prison, avec Nabil Ahamjik, également incarcéré pour son opposition au pouvoir marocain. Lors d’une conférence de presse vendredi soir, Ahmed Zefzafi, le père de Nasser, a alerté sur l’“aggravation” et la “détérioration” de l’état de santé de son fils, après avoir entamé une grève de la faim depuis 25 jours. “Nous sommes choqués par l’intransigeance des autorités face aux détenus”, a-t-il pesté lors de cette conférence, relayée par une partie de la presse marocaine.

Lire aussi  Le président de la Commission de l’UA mis en quarantaine

Selon ces médias, Ahmed Zefzafi a ajouté que son fils “poursuit sa grève de la faim dans des conditions déplorables, avec son collègue Nabil Ahmjik”, un autre détenu qui “subit le même traitement humiliant” dans la prison de Ras Elma, à Fès. Cinq autres activistes du Hirak, détenus dans la même prison, ont décidé d’entamer à leur tour une grève de la faim, en protestation contre la direction pénitentiaire, accusée de “maltraitance”. D’après les mêmes médias, ils ont “plusieurs fois exigé de la direction l’amélioration des conditions de leur détention”, avant de se décider à entamer en dernier recours cette action radicale.

Actif, et à la tête d’une association pour la libération des détenus “d’opinion”, le père de Nasser Zefzafi a fait savoir en outre, dans une vidéo postée sur sa page facebook, que son fils et les autres activistes “restent déterminés à poursuivre leur action jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites (…) même si cela peut leur coûter la vie”, a-t-il dit. Il a indiqué en outre que son fils avait beaucoup maigri et a perdu “16 kilogrammes de son poids”, appelant à une intervention urgente des autorités pour améliorer les conditions de détention des leaders et activistes du mouvement de protestation du Rif. Présent aux côtés d’Ahmed Zefzafi lors de sa conférence, le journaliste Omar Radi a fustigé les autorités du pays qu’il accuse de “détentions politiques”, soulignant la nécessité de se mobiliser pour exiger “la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers d’opinion au Maroc”.

Lire aussi  CORONAVIRUS : Plus d’un demi-million de personnes infectées dans le monde

 

Source article : liberte-algerie.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici