Nouveau dérapage d’Éric Zemmour : Si je dis que je passe le Kärcher, je le passerais

La campagne électorale pour les présidentielles française d’avril 2022 prend des allures de lutte acharnée pour se placer en pole position contre l’immigration et les immigrés. Les déclarations des candidats se succèdent pour stigmatiser cette frange de la société française, qui serait responsable de tous les maux de la France. La dernière sortie en date est celle du très controversé Éric Zemmour. Ce dernier a déclaré devant la presse : « Si je dis que je passe le Kärcher, je le passerais ».

Ainsi, le potentiel candidat à la présidentielle rappelle la tristement célèbre phrase de Nicolas Sarkozy, qui avait promis de nettoyer les banlieues au Kärcher. Une phrase qui avait fait polémique à son époque. « Si je dis je passe, le Kärcher je le passerais. Ça veut dire que si je fais des promesses, je les tiendrais. Parce que, justement, je ne suis pas soucieux de plaire à la gauche, aux médias… aux gens qui font l’opinion. C’est sans doute ma différence avec Nicolas Sarkozy », a déclaré Eric Zemmour. Cette déclaration, qui a suscité des réactions en France, confirme la haine que porte le polémiste aux immigrés. Elle dénote sa volonté d’aller au delà de toutes les décisions prise par Nicolas Sarkozy contre l’immigration en France.

Lire aussi :
Les autorités françaises continuent d'apaiser la tension avec Alger

En s’attaquant à l’ancien président de la république française Nicolas Sarkozy, Éric Zemmour veut se positionner en tant que candidat de cette France de droite. Il promet ainsi de mettre en exécution ses promesses axées surtout sur le rejet de l’immigration, la suppression du droit du sol et de tous les avantages des immigrés en France. Éric Zemmour, qui est omniprésent dans les médias, impose ainsi ses thèmes de prédilections à une campagne qui s’installe dans des débats qui sont loins des préoccupations des français selon des journalistes, des militants et des intellectuels français.

Condamné à deux reprises pour ses propos racistes, le polémiste continue de normaliser les positions de l’extrême droite. Il a réussi à déplacer les débats sur son terrain et à s’imposer comme un possible candidat au deuxième tour de cette présidentielle, dans une campagne très violente contre les minorités  en France.

Lire aussi :
Les services français ont la certitude que le Maroc utilise Pegasus depuis plusieurs années

 

ObservAlgérie

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL