NOUVELLE MANIFESTATION DES ÉTUDIANTS, HIER, À ALGER : La communauté estudiantine annonce sa mobilisation tous les jours

0

Contrairement à leur habitude, les étudiants, qui sortaient chaque mardi pour réclamer le changement du système politique en place, sont sortis, hier, à Alger, soit la veille du début du mois de Ramadhan, pour annoncer que leur mobilisation se poursuivra, durant ce mois sacré. En effet, les quelques centaines d’étudiants manifestants ont répondu à un appel au rassemblement et sont sortis dans la matinée d’hier, pour marcher de la Fac centrale vers l’esplanade de la Grande-Poste, mais ils ont été empêchés par les forces de l’ordre. Mobilisés dans leurs slogans, les manifestants ont dénoncé la répression policière, tout en insistant sur le caractère «pacifique» de la mobilisation et appelant à une justice « libre et transitionnelle ». Un étudiant nous indique que «l’appel au rassemblement a été lancé, jeudi dernier, sur les réseaux sociaux, invitant les étudiants des différentes facultés à se rassembler à Alger- Centre. Voilà nous y sommes, et si ça va continuer comme ça, nous allons sortir tous les jours.» a-t-il lancé avant d’ajouter que «les revendications de cette marche sont les mêmes que celles des mardis précédents» c’est-à-dire «le changement du système politique en place. Et nous allons maintenir notre mobilisation, notamment mardi et vendredi prochains» a-t-il affirmé. Puisque les forces de l’ordre ont empêché les étudiants d’occuper les escaliers de la Grande-Poste, ils se sont rassemblés, dans un premier lieu, au jardin des Bouquinistes, avec le drapeau autour du cou et des pancartes hissées où on pouvait lire : «Nous voulons la démocratie, pas de théologie», «l’Algérie une République pas un Royaume», «Système dégage», «ni despotisme ni chaos, nous retrouverons notre souveraineté confisquée», «non à Bedoui, Bensalah et Bouchareb, non aux 3B». Le nombre des étudiants devient de plus en plus imposant avec l’arrivée des étudiants d’autres campus. Finalement, ils ont réussi à contourner le cordon policier, avant d’envahir les escaliers de la Grande- Poste d’Alger. La grappe de jeunes manifestants s’ébranle en scandant : «Ohé, ohé, enlevez la bande on s’en portera mieux», «étudiants mobilisés, nous voulons des changements», «Algérie, libre et démocratique», «Libérez l’Algérie ».

Med Wali

Source : lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here