NOUVELLE MANIPULATION DE RABAT : Vive indignation en Espagne après les déclarations de son MAE

0

L’indignation est à son comble en Espagne après les déclarations farfelues du  ministère des Affaires étrangères espagnol, qui a mis en garde,  contre le risque d’attaques terroristes contre les Espagnols au Sahara occidental.

Cette  annonce farfelue soufflée par le ministre marocain des affaires étrangères accouru à Madrid pour enferrer davantage l’Espagne  dans sa politique d’alliance inconditionnelle  avec l’occupation coloniale du Maroc est d’autant plus ridicule que le lendemain des attentats terroristes sont intervenus à Londres et au Pays Bas.
Le ministre sahraoui des affaires étrangères, Mohammed Salem Ould  salek,  a opportunément relevé qu’un attentat terroriste peut intervenir n’importe où à n’importe quel moment.
En réalité le MAE espagnol, Josep Burrel, qui va prendre la tête de la diplomatie européenne en Janvier, est connu de longue date pour ses positions pro-marocaines. Sa déclaration alarmiste,  contredite d’ailleurs par le ministre espagnol de l’intérieur, est faite comme par hasard quelques jours avant le voyage de quelque 500 Espagnols dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf, dont 70 étudiants et des coopérants basques, et une semaine après la tenue de la 44e Conférence de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (Eucoco) à Vitoria.  Pour le moment, le gouvernement n’a pas évoqué la possibilité d’évacuer les humanitaires espagnols, comme il l’avait fait en 2012. Ce qu’il a fait, sans succès pour le moment, est d’essayer d’empêcher l’arrivée d’un plus grand nombre d’Espagnols dans les camps de réfugiés et bien au contraire les espagnols sont décidés à partir en masse vers les camps de réfugiés sahraouis et fustigent, à travers les réseaux sociaux, l’alarmisme d’un ministre qui n’a rien à refuser au Maroc. Pour sa part, le Front Polisario a sévèrement  condamné les déclarations  infondées du ministre espagnol des Affaires étrangères qui ne surprennent personne. Surtout  qu’elles interviennent après sa rencontre avec son homologue marocain. Dans ce cadre, rappellent-ils, «l’Espagne doit plutôt assumer sa responsabilité politique, juridique et morale de mettre fin au processus de décolonisation du Sahara occidental au lieu de continuer à attaquer un peuple sans défense». Le Front Polisario accuse ainsi le gouvernement espagnol de «complicité avec le Maroc» pour avoir lancé une alerte de sécurité «injustifiée». Il est «étrange et suspect» que l’alerte ait été rendue publique immédiatement après une visite à Madrid du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, reçu jeudi par Pedro Sánchez. «Ses déclarations coïncident curieusement avec la visite du ministre des affaires étrangères marocain en Espagne», précise-t-on.
«L’alerte» n´a pas convaincu non plus le coordinateur national des associations de solidarité avec le Sahara, José Taboada, qui l’a qualifiée d’«absolument injustifiée». Il a déclaré que le Front Polisario garantissait la sécurité dans les camps de réfugiés. Selon lui, le Maroc tente d’«intervenir» et de «freiner» la solidarité de milliers de familles espagnoles. Le gouvernement de la République sahraouie et le Front Polisario expriment leur profond regret et leur surprise face à cette déclaration suspecte, car l’avertissement de ne pas se rendre dans les camps de réfugiés sahraouis n’est pas justifié, sauf s’il existe des raisons ou des objectifs politiques de complicité surprenante. «L´avertissement n’est pas seulement dirigé contre les réfugiés, mais également contre le pays d’accueil de ces réfugiés», regrettent-ils.
La RASD a également déploré le moment de cette sortie qui coïncide avec le voyage de dizaines de familles qui se rendent traditionnellement lors de ces dates pour passer quelques jours avec des enfants qu’ils accueillent chaque été et moins de trois semaines avant le début du 15e Congrès du Front Polisario ( 19 au 21 décembre), a Tifariti dans les territoires libérés de la Rasd . Ce qui irrite au plus haut point Rabat qui veut vendre sa solution mort-née de « l’autonomie ».
Le Maroc a usé de toutes les manipulations pour jeter de l’ombre sur cet important congrès qui décidera de la position du Front Polisario, réactivant ses relais y compris en Algérie notamment au sein des médias. La déclaration  de Borrel, intervient à la veille de la visite à Rabat, du secrétaire d’État américain Pompeo et le Maroc jouera la carte de la stabilité et tutti quanti alors que les statistiques européennes montrent que 70 pour cent des  attentats sont le fait de ressortissants marocains ou d’origine marocaine.
Mokhtar Bendib

Lire aussi  Le PAD va organiser ses «assises» le 25 janvier : Préparer le terrain pour une «conférence nationale de l’opposition»
Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici