Ouargla : Formation de jeunes dans la vannerie à base de dérivés du palmier

0

Une trentaine de jeunes de la wilaya d’Ouargla vont bénéficier de sessions de formation dans les métiers de vannerie à base de dérivés du palmier, notamment le meuble, une des activités traditionnelles de la région, a-t-on appris lundi de responsables de l’association du ksar d’Ouargla pour la culture et la réforme.

Cette opération de formation, qui profitera à des jeunes des deux sexes, sera lancée prochainement dans des modules de construction traditionnelle et d’ameublement à base de dérivés de palmier, à travers des sessions de 18 mois, englobant des cours théoriques et pratiques, a précisé le président de l’association, Hocine Boughaba. Initiée au niveau de l’association, en coordination avec le Centre de formation professionnelle «Slimane Omar» de la commune d’Ain El-Beida, cette initiative permettra aux stagiaires de s’approprier des métiers ancestraux, dont la fabrication des meubles et produits domestiques à partir de dérivés du palmier, et l’exploitation et l’utilisation de matériaux de construction locaux. Retenue dans le cadre d’une convention entre l’association et le secteur de la formation professionnelle, cette opération, encadrée par des formateurs du secteur de la formation, permettra aux stagiaires de s’armer au terme de leur formation d’un certificat d’aptitude professionnelle représentant l’acquisition d’un savoir-faire traditionnel sur ces activités séculaires et les anciennes techniques d’usage de matériaux locaux pour la restauration du vieux bâti. Selon le président de l’association, Hocine Boughaba, l’opération, inscrite dans le cadre du mois du patrimoine (18 avril-18 mai) et du programme d’appui à la protection et la valorisation du patrimoine culturel local, vise l’exploitation des produits locaux, notamment le palmier, dans la confection d’articles d’ameublement (tables, chaises et autres) et de vannerie. Cette démarche constitue un soutien et une contribution à la promotion des activités liées à l’inventaire et la préservation des biens culturels, à travers la formation et la qualification de la main-d’œuvre et son implication dans la protection du patrimoine de la région, a-t-il ajouté.

Des artisans s’emploient à pérenniser les anciens métiers
De nombreux artisans d’Ouargla s’adonnent encore à la vannerie, à base de dérivés du palmier, en confectionnant une panoplie de produits et d’articles, avec pour objectif de pérenniser ces métiers anciens et les léguer savamment aux futures générations. Melle. Aicha Ziane, artisane en vannerie et articles de décoration, a estimé que cette activité, héritée des aïeux, constitue une source vivrière pour nombre de familles, notamment dans la région agricole enclavée d’Oum-Erraneb, commune de Sidi-Khouiled, où des dizaines de femmes aux foyers s’efforcent d’assurer la relève et la pérennité du métier. Des ustensiles, dont des plats, différents formes et volumes, et des couffins sont exposés par cette artisane pour qui ce métier requiert une dextérité et une concentration, de la patience et de la passion, en déplorant, toutefois, les contraintes entravant le développement de ces activités et qui risquent d’hypothéquer leur avenir. Ces contraintes sont liées notamment au manque de main-d’œuvre qualifiée, la difficulté de commercialisation des produits et les prix dérisoires des objets par rapport aux efforts fournis, obligeant plusieurs artisanes à renoncer à cette activité au détriment d’autres. «La confection de certains produits peut durer plus de 60 jours pour être cédé enfin à un prix de 2.000 DA, une évaluation loin d’être proportionnelle avec les efforts fournis, alors que son prix réel ne devrait baisser en dessous de 7.000 DA», a estimé, à titre d’illustration cette artisane qui jouit d’une vingtaine d’années d’expérience. Melle. Ziane a, à cette occasion, appelé à prévoir des sessions de formation dans cette activité et a espéré l’ouverture d’espaces d’exposition et de commercialisation de ces produits, créneau porteur pour le tourisme saharien. Des artisans de la région s’emploient à développer la vannerie par la création de nouveaux produits de diverses formes et motifs dans le but de redorer le blason de ce métier, une des caractéristiques de la culture et du patrimoine local.

Source : lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here