in

Ould Kaddour, P-DG de Sonatrach : “Nos gisements de pétrole ne sont pas prêts de s’épuiser “

Le Président directeur général du Groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a estimé, jeudi à Oran, que “ceux qui affirment que nos gisements pétroliers sont épuisés sont très loin de la vérité”.

Par Ferhat Zafane :

S’exprimant à la presse, en marge d’une cérémonie de signature d’une convention entre Sonatrach et le groupe français Total pour la création d’une joint venture relative à la réalisation d’un complexe de polypropylène, le Pdg du groupe pétrolier national a estimé que “ceux qui affirment que nos gisements sont en voie d’épuisement, sont loin de la vérité”. “Nous n’avons pas un système de mesure des puits de pétrole pour dire que nos puits sont épuisés. Jusqu’à présent, nous ne savons pas combien nous produisons exactement, ni combien nous consommons, ou à combien sont estimées nos réserves”, a-t-il fait savoir, soulignant que “nul ne peut répondre à ces questions. Tout ce qui se dit n’est que spéculations”. A ce propos, il a souligné que l’Algérie est un pays immense et ses ressources sont exploitées à moins de 30%, faisant savoir que d’excellentes nouvelles sont à venir”. Répondant à une question sur l’exploration du gaz de schiste, le responsable de Sonatrach a précisé que d’importants groupes comme British Petrolium, Total et autres souhaiteraient venir travailler dans ce domaine “car nous avons un réel un potentiel”, a-t-il dit. L’Algérie dispose de la troisième réserve mondiale. Ceci a été confirmé par des institutions internationales et à travers des mesures par satellites. De ce fait, de nombreux groupes ont affiché leur volonté de travailler en Algérie”, a-t-il mis en exergue. Pour lui, “le pays est très attractif. Les groupes étrangers le savent très bien. Maintenaient, c’est à nous de trouver les formes nécessaires de ce partenariat”, a-t-il encore ajouté. “Des discussions et des négociations sont menées à long terme. Une avancée positive est remarquée. Toutefois, nous ne sommes pas encore arrivés à un accord. Nous avançons certainement mais avec beaucoup de précautions pour pouvoir faire des partenariats gagnants”, a encore déclaré, M. Ould Kaddour.Concernant l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des travailleurs du Groupe, le Pdg de Sonatrach a estimé qu’une “réorganisation s’impose”. “Actuellement 3.000 responsables en ressources humaines sont mobilisés pour les besoins de cette réorganisation”, a-t-il fait remarquer. Pour lui, “une révolution doit être opérée dans le système actuel, sinon la saignée des cadres et des travailleurs vers d’autres sociétés et d’autres pays persistera”. “En 2019, nous aboutirons à des solutions innovatrices pour l’amélioration de la situation socioprofessionnelle de nos travailleurs, pour protéger nos personnels, les motiver et les garder”, a-t-il conclu.

Source : tribunelecteurs

tribunelecteurs

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *