Ouverture du procès de l’ex DG de la sureté nationale Hamel Abdelghani: un tribunal militaire exigé par sa défense

Algérie –Aujourd’hui mercredi 17 novembre 2021, s’est ouvert au tribunal de Sidi M’hamed, le procès de l’ancien Directeur général de la sureté nationale Abdelghani Hamel. Les avocats de ce dernier se sont focalisés sur la fonction de leur mandant. « Il relève du corps militaire avec le grade de général. Ce titre ne lui a pas du tout été retiré », déclare Me Kamel Allak.

Le tribunal de Sidi M’hamed a ouvert ce mercredi le procès qui implique l’ancien Directeur général de la sureté nationale Abdelghani Hamel ainsi que 18 autres personnes. Parmi les 18 accusés dans le cadre de cette affaire, on trouve plusieurs membres de la famille de l’ancien DGSN, dont son épouse Salima. À et ses quatre fils ; Amiar, Chafik, Mourad et Chahinaz. Notons que les accusés sont principalement poursuivis pour enrichissement illicite, abus de pouvoir, blanchiment d’argent, incitation de fonctionnaires à l’octroi d’indus avantages… Lors de l’audience d’aujourd’hui, la défense de Hamel a présenté une série de demandes. Soulignant que son mandant recevait son salaire auprès du ministère de la Défense, le collectif de défense a requis que ce procès ne relève pas des prérogatives d’un tribunal civil. Les avocats ont également soulevé l’incompétence territoriale du tribunal de Sidi M’hamed dans cette affaire.

Lire aussi :
Man City: Mahrez récupérera-t-il sa place de titulaire plus tôt que prévu ?

de graves révélations de Hamel en juillet dernier

Rappelons que l’ancien DGSN avait fait, fin juillet dernier, des révélations surprenantes lors de son procès en appel. En effet, il avait accusé l’ancien responsable de la Gendarmerie nationale Ghali Belksir. Il avait alors déclaré à l’adresse du juge que c’est « le général Beleksir et ses éléments qui sont derrière » son affaire. « Lorsque l’enquête a démarré, ils ont fouiné dans les 48 wilayas pour m’impliquer, mais en vain », avait-il ajouté. Plus loin encore, Hamel avait ajouté : « la présidence de la République m’avait demandé de mener une enquête sur son fils, car il avait demandé la main de la nièce du Président Bouteflika ». Et lorsqu’il a appris ça, « il l’a très mal pris et a très mal réagi ». Ce procès tant attendu pourra lever le voile sur d’autres révélations concernant cette affaire. Selon les observateurs, sa défense s’apprête à fournir toutes les preuves de l’innocence de son client.

Lire aussi :
Qatar 2022: Belmadi satisfait de l’état de la pelouse du stade Tchaker

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL