PALAIS DE CULTURE MOUFDI ZAKARYA À ALGER : Plongée dans l’héritage culturel immatériel en Afrique

Le Centre régional d’Alger pour la Sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel en Afrique (CRESPIAF), organise une exposition portant sur «l’Héritage culturel immatériel en Afrique» au Palais de culture «Moufdi Zakarya», à partir du 5 mars prochain. À cette occasion, le chargé de la gestion du CRESPIAF, Pr. Slimane Hachi, animera, demain, une conférence de presse pour présenter le thème de cette exposition, qui se propose de faire connaître et apprécier les éléments du patrimoine culturel immatériel inscrits par les différents pays du Continent, sur les listes du patrimoine de l’Humanité de la Convention internationale de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 de l’Unesco, et ce, à la bibliothèque du musée des beaux-arts, Alger.

Placé sous l’égide de l’Unesco, le CRESPIAF proposera, lors de son exposition, de présenter un élément emblématique pour 27 pays, qui détiennent un ou plusieurs éléments inscrits sur ces listes, et ceci pour avoir une connaissance des héritages culturels africains relevant des différents domaines du patrimoine immatériel, comme « les traditions et expressions orales, l’art du spectacle, les pratiques sociales, le rituel, les événements festifs, la connaissance et la pratique liées à la nature et à l’univers, les savoirs et le savoir-faire ». Dans le but de s’émerveiller devant tous ces trésors immatériels du continent, qui viennent du plus lointain et qui constituent la trame de l’identité culturelle africaine faite de dits, de déclame, de conte, de chant, de musique, de danse, de représentation, de pratique, de rituel, de su, de connu, de reconnu issus d’imaginaires, de sens, de visions du monde, pour rentrer dans le monde des danses, des amples, complexes, accumulés, répétés, transmis, recréés, transformés et qui tous se donnent à voir, et à comprendre aimer comme des productions de l’esprit et des expressions esthétiques qui rendent compte et décrivent des cultures issues du plus lointain de l’humanité qui se proposent de participer significativement à l’élaboration des cultures du monde dans le vivre ensemble et attentifs les uns aux autres. Cette exposition mettra en valeur, pendant plus de trois mois, tous ces héritages sous forme de panneaux photographiques, de grandes dimensions de chacun des éléments inscrits, qui seront soutenus par des textes explicatifs en trois langues arabe- français-anglais, des enregistrements audio délivrés par des audio-guides, ainsi que des films documentaires de 10 minutes consacrés à chaque élément culturel.
Lilia Sahed

Source : lecourrier-dalgerie

lecourrier-dalgerie