Pétrole : Chevron renonce au rachat d’Anadarko et cède la victoire à Occidental Petroleum

0
Pétrole : Chevron renonce au rachat d’Anadarko et cède la victoire à Occidental Petroleum

La major pétrolière américaine Chevron a annoncé, jeudi dans un communiqué, qu’elle n’allait pas faire une contre-offre pour racheter Anadarko, cédant la victoire à son concurrent, Occidental Petroleum, qui devrait reprendre le groupe pétrolier américain.

Le groupe Chevron a indiqué qu’aux termes de l’accord de fusion avec Anadarko Petroleum, il ne fera pas de contre-offre supérieure à celle d’Occidental. «Gagner dans n’importe quel environnement ne signifie pas gagner à tout prix. La discipline en matière de coûts et de capital a toujours de l’importance», a déclaré le PDG de Chevron, Michael Wirth, cité dans le communiqué.

«Nous n’allons pas diluer nos rendements, ni réduire la valeur pour nos actionnaires dans le seul but de conclure un accord», a-t-il ajouté. Anadarko devrait verser un milliard de dollars à la major américaine au titre des frais d’annulation de l’accord de rachat. Anadarko qui détient d’importants actifs en Algérie et Chevron étaient parvenus, le 12 avril dernier, à un accord définitif pour le rachat de toutes les actions en circulation du groupe Anadarko pour 33 milliards de dollars, soit 65 dollars par action.

De son côté, Occidental Petroleum a proposé une offre de 57 milliards de dollars qui a ouvert la porte à une guerre d’enchères entre les deux groupes américains pendant plusieurs jours. Occidental Petroleum a également signé un accord de 8,8 milliards de dollars avec le français Total pour lui céder les actifs d’Anadrko en Algérie, Ghana, Mozambique et Afrique du Sud dans l’éventualité d’un succès de l’offre en cours. Avec le retrait de Chevron, Total devrait reprendre tous les actifs d’Anadarko en Afrique.

Selon de nombreux analystes américains, le groupe Chevron demeure malgré son offre inférieure le mieux disposé pour reprendre Anadarko. Les activités du deuxième plus grand groupe pétrolier américain après ExxonMobil correspondent mieux au portefeuille d’Anadarko. La major américaine peut facilement absorber une telle acquisition, s’accordent à dire les mêmes analystes. Présent au Mozambique où il opère un méga projet de GNL, Anadarko détient également d’importants actifs en Algérie où il figure comme le plus grand producteur de brut parmi les partenaires de Sonatrach. Anadarko avait annoncé en mars qu’il souhaitait reconduire ses contrats de production en Algérie et y renforcer son activité.

Le groupe qui produit près de 260 000 barils/jour avait demandé l’extension de tous ses contrats d’exploitation d’hydrocarbures en Algérie. Le premier contrat portant sur le champ Hassi Berkine (HBNS) où le groupe exploite les blocs 404 et 208 arrive à échéance en 2023.

Le groupe exploite également en partenariat avec Sonatrach le gisement El-Merk à Illizi qui représente l’une des plus grandes découvertes de brut réalisées en Algérie ces dernières années avec des réserves estimées à 1,2 milliard de barils de pétrole et de condensat.

R. E.

Source : algeriepatriotique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here