Plus de 3 quintaux de cuivre destinés à la contrebande saisies à Oran

0

Les services de la Gendarmerie nationale de la wilaya d’Oran ont saisi plus de trois quintaux de cuivre destinés à la contrebande au niveau d’un entrepôt appartenant à un homme travaillant dans la collecte des déchets solides et non solides, notamment du cuivre, a-t-on appris dimanche auprès de ce corps sécuritaire. L’opération a été effectuée sur la base d’informations parvenues à la brigade territoriale de Sidi Chahmi faisant part de l’existence d’un entrepôt dans un quartier de Sidi Chahmi appartenant à une personne qui fait de la collecte les déchets solides et non solides, dont le cuivre (destiné à la contrebande) où 3 quintaux et 25 kg de ce matériau ont été saisis. Par la suite, les recherches et l’exploitation d’informations ont été intensifiées et un plan a été élaboré par les éléments de la brigade de Sidi Chahmi, appuyés par la brigade de la localité de Nedjma et la brigade cynotechnique. Grâce à la rapidité d’intervention des éléments de la gendarmerie nationale et après l’obtention de toutes les procédures légales et l’ordre de perquisition de l’entrepôt, 30,25 quintaux de cuivre ont été découverts de même que 32,70 qx de batteries usées, a-t-on indiqué. La brigade de Sidi Chahmi poursuit son enquête sur cette affaire, a-t-on ajouté.

Sauvetage d’une personne après une chute dans un puits de 40 mètres de profondeur à Blida
Une personne tombée dans un puits de 40 mètres de profondeur a été sauvée par les équipes des plongeurs et d’intervention en lieux difficiles de la protection civile de la wilaya de Blida, a-t-on appris, dimanche, auprès de la direction de ce corps constitué. L’intervention des éléments de la protection civile a été entamée immédiatement après la réception d’une alerte, samedi soir, à propos d’une personne (46 ans), ayant fait une chute dans un puits de 40 mètres de profondeur au centre Gheraba de la commune de Soummaà (Est de Blida), a-t-on ajouté de même source, signalant que l’opération de sauvetage a «duré pas plus d’une quarantaine de minutes». L’homme sauvé a été transporté à l’établissement hospitalier de Boufarik, où il se trouve en bonne santé, est-il, par ailleurs, précisé.

Le rallye Dakar quitte l’Amérique du Sud pour l’Arabie saoudite
Le Dakar, le plus célèbre des rallyes-raid, quitte l’Amérique du Sud où il se courait depuis 2009 et aura lieu en Arabie saoudite en 2020, a annoncé l’organisateur ASO dans un communiqué lundi.
« Après trente années à sillonner et découvrir l’Afrique et dix ans à s’émerveiller des paysages sud-américains, le plus grand rallye du monde va écrire un nouveau chapitre au sein des déserts mystérieux et profonds du Moyen Orient, en Arabie saoudite », est-il ajouté dans ce communiqué.
L’accord officialisé lundi court sur une durée de cinq ans. Créée en 1978, l’épreuve, alors appelée Paris-Dakar, était courue entre l’Europe et le nord de l’Afrique jusqu’en 2007, avant de déménager en Amérique du Sud. Entre 2009 et 2018, elle a fait étape en Argentine, au Chili, au Pérou, en Bolivie et brièvement au Paraguay.

Trois mosquées à Rennes font l’objet d’actes islamophobes
Trois lieux de culte musulman ont fait l’objet, dans la nuit de dimanche à lundi, d’actes islamophobes où des individus ont écrit sur les murs des tags antimusulmans, a-t-on appris lundi auprès de l’Observatoire national contre l’islamophobie. Sur les photos reçues par l’APS, on peut voir les tags à travers lesquels les auteurs expriment leur refus du vivre ensemble de l’islam aux côtés du christianisme et du judaïsme. Avec le tage « Go home », les auteurs invitent les musulmans à quitter la France, alors que l’islam est la deuxième religion de France. Le président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, Abdallah Zekri, a dénoncé et condamné « avec force » ces tags écrits sur les murs du Centre culturel Avicenne, du Centre culturel islamique Attaqwa et du Centre culturel islamique Espoir-Amal de Rennes.

Saisie de plus de 12 qx de sel impropre à la consommation à El Bayadh
Les éléments de la sûreté de daira de Rogassa (El Bayadh) ont procédé à la saisie de 12 quintaux de sel impropre à la consommation, a-t-on appris dimanche auprès de la direction de la sûreté de wilaya. La saisie a été opérée vendredi dernier lors d’une patrouille de police où la fouille d’un camion transportant une quantité de sel de table a révélé que le propriétaire ne détenait pas de certificat de la qualité et que 1.235 sachets de sel sont non conformes du point de vue poids. L’analyse de cette marchandise a révélé qu’elle était impropre à la consommation. Un dossier judiciaire a été engagé à l’encontre du contrevenant et le procureur de la République près le tribunal d’El Bayadh a été avisé de cette affaire.

Sept enfants tués accidentellement par un obus de mortier en Afghanistan
Sept enfants ont été tués et dix autres blessés dimanche dans l’est de l’Afghanistan par un obus de mortier qu’ils ont découvert et manipulé, a-t-on indiqué de sources officielles. «Aux alentours de 17H00 (12H30 GMT)» dans la périphérie de Mehtarlam, chef-lieu de la province de Langhman, «sept enfants ont été tués et dix autres blessés par un obus de mortier non explosé qu’ils avaient trouvé», a indiqué le porte-parole du gouverneur de la province, Assadullah Dawlatzai, cité par l’AFP. Toutes les victimes sont âgées de moins de 15 ans, a-t-il dit, indiquant qu’une enquête est en cours pour comprendre dans quelles circonstances les enfants ont découvert l’obus. Le responsable de l’hôpital de la province, Abdul Marouf Jalili, a confirmé que sept corps sans vie et dix blessés, tous des enfants, ont été transportés dans ses services. Le nombre de victimes de mines et de munitions non explosées -mortiers, grenades ou roquettes- est en constante augmentation depuis 2012 en Afghanistan, selon le Service d’action anti-mines des Nations unies (UNMAS) en Afghanistan, qui a dénombré une moyenne de 150 morts par mois en 2017. Les enfants représentent 80% des victimes de ces munitions non-explosées qu’ils manipulent, inconscients des risques. Selon le service onusien, la situation a particulièrement empiré après 2014 et l’intensification des combats entre forces de sécurité afghanes et groupes terroristes, talibans et Daech, qui disséminent de nombreuses mines artisanales.

Arrestation de trois immigrés clandestins à Batna
Les éléments de la Gendarmerie nationale de la wilaya de Batna ont appréhendé trois (3) individus d’origine malienne, âgés entre 20 et 30 ans, pour entrée illégale sur le territoire national, a-t-on appris dimanche du groupement territorial de ce corps constitué. Cette arrestation a eu lieu lors d’un contrôle de routine d’un bus de transport de voyageurs assurant la ligne Ain M’lila (Oum El Bouaghi)-Batna, a expliqué la même source, précisant que les passeports des personnes arrêtées ne portaient pas le visa d’entrée en Algérie. Au cours de l’enquête, les individus appréhendés ont déclaré qu’ils étaient entrés illégalement sur le territoire national depuis les frontières algéro-maliennes depuis près de deux (2) mois et travaillent dans le commerce, a-t-on souligné.
Un dossier pénal a été établi en attendant la comparution des mis en cause devant le procureur de la République territorialement compétent, selon la même source.

4 présumés auteurs de crimes et délits arrêtés à Oran, Tlemcen et Boumerdès
Quatre présumés auteurs de différents crimes et délits ont été interpellés ces derniers joursdans les wilayas d’Oran, Tlemcen et Boumerdès, a annoncé lundi la Gendarmerie nationale. à Oran, les gendarmes ont interpelé une personne âgée de 20 ans, lors d’une patrouille sur le chemin de wilaya (CW) 20, reliant Aïn-Turk à Bousfer, à bord d’un véhicule, en possession de 180 comprimés de psychotropes, a précisé la même source dans un communiqué. A Tlemcen, les éléments de gendarmerie ont interpellé à hauteur d’un barrage dressé sur l’autoroute Est-Ouest, au lieu dit Aïn-El-Hadjar, commune de Hennaya, un jeune de 34 ans, à bord d’un véhicule taxi, en possession de 130 grammes de kif traité. Dans la wilaya de Boumerdès, la brigade de Gendarmerie nationale de Bordj-Menaïel a arrêté deux jeunes âgés de 21 et 23 ans et saisi leur moyen de transport ainsi que 70 kg de câbles en cuivre volés. La brigade de Gendarmerie nationale a été contactée au moyen de téléphone par un habitant du village Aïn Sekhona, de la localité, qui a avisé qu’il a appréhendé avec le concours des riverains à hauteur dudit village, deux malfaiteurs à bord d’une camionnette, en flagrant de délit de vol de câbles électriques d’une ancienne ligne électrique alimentant ladite bourgade.

Source : lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here