Plus vieux monument religieux de la ville de Annaba : Réouverture de la mosquée Abou Merouane El Chérif

0

La mosquée Abou Merouane El Cherif, le plus vieux monument religieux et culturel de l’antique Bouna (Annaba), a été rouverte lundi dernier aux fidèles et visiteurs d’Annaba après plus de 6 ans de fermeture pour des travaux de restauration et de réhabilitation.

La restauration de cette mosquée, datant de la période Ottomane et située sur les hauteurs du vieux Bouna à la Place d’armes, a été lancée à titre d’urgence après l’effritement de ses murs décorés de mosaïques andalouses et l’effondrement de certaines parties de son toit, selon les services de la direction des équipements publics.
Les travaux ont été engagés en mai 2013 dans le cadre du programme spécial du ministère de la Culture dédié à la restauration et à la sauvegarde des monuments historiques, religieux et culturels, a-t-on rappelé. Ils ont concerné la restauration et la réhabilitation de 3.000 m2 incluant le pavé, les murs, le toit et les différents couloirs entourant la salle de prière, outre l’entretien des divers réseaux, la réfection de l’étanchéité et l’aménagement de nouvelles salles pour l’enseignement du coran, les conférences et les manifestations culturelles diverses, les archives et les manuscrits, a ajouté la même source.
L’appel à la prière retentissant de nouveau du minaret de la mosquée Abou Merouane El Cherif, en ce début du mois sacré de Ramadhan, a ému beaucoup d’Annabis et particulièrement les habitants du centre-ville et de l’antique Annaba pour lesquels ce monument est source de fierté.
La mosquée a été bâtie durant la période comprise entre l’an 1033 et l’an 1058 sous la direction du cheikh Abou Laith El Bouni, puis sous le règne des Ottomans, la mosquée prend le nom du premier professeur qui y a enseigné, Abdelmalek Abou Merouane Ibn Ali El-Ezedri, et devient une véritable université de toutes les sciences, selon les documents historiques de la direction de la culture. Sous l’occupation française, la mosquée est transformée en hôpital militaire et a connu l’aménagement d’autres structures en 1832. En 1946, les habitants d’Annaba se réapproprient la mosquée afin d’en prendre soin, d’autant que cet édifice est classé parmi les plus anciens monuments islamiques d’Algérie.
À noter que cette mosquée possède une salle de prière d’une capacité de 1000 places, une école coranique et des salles pour les multiples manifestations religieuses et culturelles.

Source : lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here