18e vendredi de mobilisation: Les Algériens plus que jamais unis

0

L’Algérie s’apprête à vivre aujourd’hui, le 18e vendredi de mobilisation populaire contre le système politique  en place et réclamer le départ de toutes ses figures. Une revendication qui peine à trouver le chemin de la concrétisation.

 

Depuis le 22 février, la situation n’a pas évolué sur le plan politique depuis le départ de l’ancien Président Abdelaziz Bouteflika. Pis encore, à défaut de vouloir trouver une solution urgente à cette situation qui risque, à tous les égards, nous engouffrer dans une autre problématique encore plus complexe, à savoir la crise économique, les tenants de pouvoir enchaînent les poursuites judiciaires contre les ex-hauts responsables et hommes d’affaires et s’appliquent à user d’anciennes manœuvres florentines.

Cette nouvelle journée de manifestation contre le pouvoir se déroulent dans un contexte particulier marqué par une vive polémique suscitée par le dernier discours de l’état-major. Ce dernier a interdit aux manifestants de brandir des drapeaux autres que l’emblème national.

Les Algériens mesurent désormais l’énormité de la tâche qui exige un haut degrés de solidarité active entre eux et qui ne pourrait être accomplie qu’en se focalisant sur l’objectif premier que le peuple a tracé et en évitant de tomber dans des pièges qui ne feront que régénérer le système et faire perdurer la crise.

15h00

A Béjaïa, les manifestants sortis par milliers ce vendredi, ont manifesté pour le départ des figures du régime et contre le dernier discours de l’état-major, Gaid Salah. Pour les manifestants, il n’est pas question de susciter la division entre les Algériens.

18e vendredi de mobilisation: Les Algériens plus que jamais unis

14H35

Les manifestants maintiennent le caractère pacifique de la marche malgré la répression et la les tentatives incessantes de division dont le peuple avait aisément appréhendé le dessein.

14H22

Des milliers des manifestants marchent dans les rues d’Alger en insistant sur l’union entre Algériens. Pour ce 18e vendredi de mobilisation contre le pouvoir, le général Gaid Salah a subi de violentes algarades après son dernier discours dans lequel il a interdit de brandir d’autres drapeaux mis à part l’emblème national.

14H15

A Tizi Ouzou, les manifestants ont donné à Gaid salah la meilleure des réparties en brandissant haut le drapeau amazigh scandant « bientot Gaid Salah à El Harrach ».

14H00

Forte mobilisation à Sétif. Les manifestants sont sortis en masse en ce vendredi pour réclamer le départ ce toutes le figures du système qui affiche une volonté d’aller à contre sens des revendications du peuple.

12H45

Une forte présence policière à la place Grande Poste

12H30

Gaid salah en a eu pour son grade en ce vendredi, les manifestants ont scandé « Les Algériens khawa khawa, welGaid salah maâ el khawana » en réponse à son dernier discours prononcé mercredi interdisant de brandir un autre drapeau que celui de l’Algérie.

12H00

La Grande Poste: Retour à la répression. La police use du gaz lacrymogène pour disperser la foule.

11H30

Les manifestants maintiennent leur revendication: « Etat civil pas militaire ».

11H10

Une véritable chasse aux drapeaux amazighs dans les rues d’Alger notamment aux abords de la grande poste. Les policiers, en bons exécutants, fouillent les sacs des femmes et des hommes jeunes ou moins jeunes.

18e vendredi de mobilisation: Les Algériens plus que jamais unis
CRédit photo:DR

Adsence Milieu article

Source : inter-lignes

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here