Rassemblement devant le tribunal de Sidi M’hamed pour dénoncer les arrestations arbitraires des manifestants

0

La mobilisation contre les arrestations arbitraires à l’encontre des manifestants et militants politiques se poursuit. En effet, plusieurs personnalités et partis politiques ont organisé, ce dimanche un rassemblement devant le tribunal de Sidi M’hamed à Alger pour exiger la libération immédiate et sans conditions des détenus incarcérés.

 

« Nous assistons à des arrestations tout azimut, puisque la dernière en date est celle du révolutionnaire Lakhdar Bouregaâ. C’est un acte qui nous inquiète. C’est quand même une personnalité qui n’a besoin de prouver ni son militantisme encore moins son nationalisme et son patriotisme. Aujourd’hui, ce révolutionnaire est arrêté en violation de tous les codes de procédures pénales », regrette l’avocate Zoubida Assoul qui estime que la situation est « inquiétante » et « dangereuse » surtout dans un pays de droit. « On ne peut pas arrêter une personne comme ça sans lui donner l’occasion d’appeler sa famille, un avocat où de connaitre les motifs de son arrestation », s’indigne l’avocate.

« hatta el moudjahidine massalkouche » (même les révolutionnaires n’ont pas été épargnés par les arrestations), scandent les citoyens qui ont pris part au rassemblement.

Vendredi passé, plusieurs manifestants ont été interpellés lors de la marche populaire contre le pouvoir. Si certains ont été libérés dans la journée, d’autres manifestants ont été placés en garde-à-vue. Ces derniers seront présentés, ce dimanche, devant le procureur de la République.

La Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) a dénoncé des « pratiques dangereuses » et une « répression injustifiée et choquante ».

Dans un communiqué rendu public samedi, Saïd Salhi, vice-président de la LADDH, a mis en garde contre «les abus de la confiscation des emblèmes amazigh, palestinien et même national sont des pratiques dangereuses qui risquent d’attenter à l’unité nationale»dans un communiqué rendu public hier. Pour le militant, au moment où l’opinion attend des signaux forts d’apaisement, le pouvoir privilégie «la solution de la force et la répression contre le peuple pacifique, qui a

montré beaucoup de retenue et de responsabilité».

Hier, Le moudjahid et militant politique Lakhdar Bouregaâ, a été interpellé par des services de sécurité et emmené vers une destination inconnue. Selon des sources concordantes, « des hommes appartenant aux services de sécurité se sont présentés au domicile de Lakhdar Bouregaâ à Alger et l’ont emmené avec eux ». Des membres de sa famille ont alerté l’opinion publique de sa disparition après plusieurs heures d’absence.

Le pouvoir qui ne lésine pas sur les moyens pour se régénérer, n’a pas hésité à renouer avec les anciennes pratiques pour essouffler le mouvement de protestation. Arrestation, menace et manœuvres florentines, la contre-évolution prend figure.

Adsence Milieu article

Source : inter-lignes

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here