Pour relancer l’économie : La Banque d’Algérie abaisse le taux directeur et le taux de réserve obligatoire

0

La Banque d’Algérie (BA) vient de prendre une nouvelle décision pour faire face au souci de manque de liquidité dont souffrent les banques. Le Comité des opérations de politique monétaire (COPM) de la BA a opté pour la réduction, depuis hier, du taux directeur de la Banque à 3,25% ainsi que le taux de réserve obligatoire à 8%.

Dans un communiqué rendu public hier, la BA souligne que le COPM, lors de sa réunion mardi dernier, a «décidé de réduire le taux de réserve obligatoire de 10% à 8% et d’abaisser de 25 points de base (0,25%) le taux directeur de la Banque d’Algérie pour le fixer à 3,25%, et ce, à compter d’hier 15 mars 2020». Selon le communiqué de la BA, cette décision est de nature à «permettre de libérer, pour le système bancaire, des marges supplémentaires de liquidités et mettre ainsi à la disposition des banques et établissements financiers des moyens additionnels d’appui au financement de l’économie nationale à un coût raisonnable».

Lire aussi  Algérie Télécom : Le PDG démis de ses fonctions

C’est à la lumière de l’évolution de la situation financière nationale et internationale et des perspectives à court et moyen termes, que cette décision a été prise, explique la BA. «Les banques sont astreintes à la constitution de réserves obligatoires, conformément au règlement de la Banque d’Algérie n°2004-02 du 4 mars 2004 fixant les conditions de constitution des réserves minimales obligatoires et à l’instruction n°02-04 du 13 mai 2004 relative au régime des réserves obligatoires», explique Brahim Guendouzi, professeur d’économie à l’université de Tizi Ouzou, dont nous avons sollicité l’expertise afin d’analyser cette décision de la Banque d’Algérie.

«Les réserves obligatoires des banques sont constituées sur l’ensemble de leurs exigibilités collectées et/ou empruntées en dinars et des exigibilités liées à des opérations de hors bilan, à l’exception des exigibilités envers la Banque d’Algérie», note encore notre interlocuteur, en précisant que l’assiette des réserves obligatoires comprend les dépôts en dinars de toute nature, à savoir les dépôts à vue, à terme, ou dépôts préalables à l’importation, ou encore les livrets et dons d’épargne, les bons de caisse ou autres. «Les réserves obligatoires constituent le moyen par lequel la Banque d’Algérie (banque des banques) cherche à transmettre les effets de sa politique monétaire, à travers les banques, au dernier détenteur de la monnaie : le public», explique le Pr Guendouzi en précisant que la BA a eu à relever à plusieurs reprises le taux des réserves obligatoires en tant qu’instrument monétaire contre les effets du financement non conventionnel.

Source article : elwatan.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici