in

Première édition de la Fête de la restauration

Le centre culturel Krim-Belkacem d’Azazga, à une trentaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, abrite, depuis mercredi dernier, la première édition de la Fête de la restauration, autrement dit de la gastronomie locale. Cet événement coïncide avec la Journée mondiale des droits des consommateurs  célébrée le 15 mars de chaque année. Cette fête, une première à l’échelle régionale, voire même à l’échelle nationale, sera désormais célébrée chaque année dans cette ville qui a acquis, ces dernières années, une grande réputation en matière de restauration et d’art culinaire local. L’objectif que s’est assignée l’APC d’Azazga est de mettre en valeur la réputation de la gastronomie dont jouit la ville depuis des décennies, de valoriser cette fierté locale et d’œuvrer, par la même occasion, à la promotion du tourisme local.  Deux expositions-ventes ont dressé leur décor au centre culturel Krim-Belkacem et à l’école nationale des Beaux-arts d’Azazga, avec une multitude de stands réservés à l’artisanat local, à la pâtisserie, aux gâteaux traditionnels et aux différents produits du terroir. Au programme, un concours consacrera le meilleur plat traditionnel et ce samedi, dernier jour de l’événement, 24 restaurants de la ville qui collaborent avec cette première fête gastronomique d’Azazga, ont offert à leurs clients un déjeuner à moitié prix, histoire de mettre à profit le savoir-faire des cuisiniers locaux. Les organisateurs ont tenu à rendre hommage aux premiers cuisiniers d’Azazga de l’après-indépendance, entre autres  Hamad Ali, Baleh Akli, Boukaïs Mohand, Toumi Amar, Chouali Belaïd,  Saghi Moh Oussaid et au défunt Hadj Akli Ou Lahcene, décédé à l’âge de 112 ans. Les représentants d’Algérie-Poste, de leur côté, ont profité de l’occasion pour mettre en valeur les démarches de leur institution, notamment en ce qui concerne le e-payement, devenu réalité depuis le lancement de la carte de payement électronique Edahabia et du service Khlass pour renforcer son service de rechargement et de paiement des factures. Dr Fadhila Dahmani de l’agence de développement social (ADS) d’Azazga, elle, s’est penchée essentiellement sur la protection du citoyen sur les risques microbiologiques, les toxi-infections dans les restaurants, le stockage des aliments, leur origine et les dates de péremption…Enfin, Mohand Amokrane Benadji, P/APC et président de l’Association pour la protection des consommateurs d’Azazga, a insisté sur le strict contrôle périodique et inopiné des produits alimentaires, le contrôle rigoureux du dosage de sucre dans les boissons et les gâteaux et enfin l’étiquetage des différents produits.

KAMEL NATH OUKACI

Source : liberte-algerie

liberte-algerie

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *