Les étudiants ne décolèrent pas

La véritable Assemblée populaire nationale qu’est la rue réunira sa chambre basse aujourd’hui avant de réunir la haute vendredi. La mobilisation et les slogans répondront aux propositions du président de l’État.

C’est aujourd’hui que le Hirak effectuera son premier grand test du Ramadhan! En effet, les étudiants ont rendez-vous aujourd’hui avec l’acte XI de leur mobilisation hebdomadaire. Cette onzième symphonie coïncidera avec le deuxième jour du mois sacré du Ramadhan.
Les étudiants qui nous ont habitués ces dernières semaines à des démonstrations de force à travers les quatre coins du pays, réussiront-ils à maintenir le cap? La mobilisation sera ainsi le grand enjeu de cette journée. On aura par-là une idée claire de l’impact du jeûne sur le Hirak et par la même un avant-goût de vendredi prochain pour l’acte XIII des marches nationales. Si le nombre de manifestants se maintient ou est supérieur cela signifiera que le mouvement populaire ne s’essouffle pas! La future élite du pays a d’ailleurs envoyé un message dans ce sens dimanche dernier en improvisant une marche-surprise dans la capitale. Des centaines d’étudiants étaient sortis pour, disaient-ils, «booster» le mouvement. Ces jeunes ont aussi exprimé à cette occasion leur refus de l’élection présidentielle du 4 juillet prochain. Entre-temps, le président de l’État, Abdelkader Bensalah, s’est adressé à la nation pour réitérer son message au dialogue. L’intérimaire d’El Mouradia a néanmoins insisté sur la tenue de cette joute électorale à la date prévue. «C’est le seul moyen à même de permettre au pays de sortir définitivement et durablement de l’instabilité politique et institutionnelle», a-t-il insisté dans ce discours qui n’apporte pratiquement rien de nouveau. Or, parmi les exigences de la rue figurent le report de ces élections et sa démission, au même titre que son gouvernement. Ce discours, auquel lui-même ne semblait pas croire, a-t-il convaincu? Le discours sûrement pas!
Toutefois, il a été accompagné d’une série d’arrestations de hauts responsables, dont les images de leur présentation devant le tribunal militaire de Blida ont été diffusées en boucle. Elles viennent s’ajouter aux arrestations des hommes d’affaires qui ont eu lieu les semaines précédentes. D’ailleurs, Bensalah a donné la lutte contre la corruption comme «gage» de bonne volonté de l’autorité qu’il dirige. Cela est-il suffisant pour les Algériens? Les étudiants marcheront aujourd’hui avec une première réponse claire et nette à Bensalah. Celle-ci sera certainement actée lors du rendez-vous national de vendredi prochain.
Les slogans seront donc scrutés, tout comme la mobilisation ramadhanesque. La véritable Assemblée populaire nationale qu’est la rue réunira sa chambre basse aujourd’hui avant de réunir la haute vendredi. Cela s’annonce comme un tournant décisif pour le Hirak et pour le pays.
Néanmoins, le retour à la normale ne semble pas gagné, puisque sur le baromètre des réseaux sociaux les réactions étaient des plus négatives quant au discours du président de l’État. Beaucoup estimaient qu’il avait redonné un second souffle à la mobilisation au lieu de la calmer. D’ailleurs, des appels à la marche pour vendredi prochain ont suivi quelques minutes après cette allocution télévisée. Tout comme les appels des étudiants, être présent en masse aujourd’hui, demain…, bref, «hata yatnahaw gaâ»…

Source : lexpressiondz.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici