in

Propos «haineux» en France à l’égard des musulmans : Antisémitisme, islamophobie : les deux poids, deux mesures

En 2018, plus d’une centaine d’actes antimusulmans ont été enregistrés en France, sans que cela ne suscite la moindre réaction de réprobations de la part de la société, des politiques ou des médias français. Pourtant, une réelle inquiétude gagne les musulmans de France en raison de la montée de l’islamophobie

Dans l’ambiance électrique que vit la France ces dernières semaines, l’unanimité dont a fait preuve la classe politique dans la condamnation de l’antisémitisme, a été instrumentalisée par quelques cercles politico-médiatiques pour diriger le tir sur la communauté musulmane française.
Les «petites phrases» et les attaques à peine voilées dirigées contre les musulmans de France, ont fleuri sur les réseaux sociaux et dans les médias pour faire dans l’islamophobie, sous prétexte de condamnation de l’antisémitisme. Le président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, également délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), voit dans le déploiement de l’expression raciste, le témoignage d’une haine recluse que vouent certains politiques français à l’adresse de leur compatriote de confession musulmane. Abdallah Zekri retient, dans un communiqué rendu public hier, que «l’Islam et les musulmans sont pris pour cible et accusés de tous les maux». Le constat fait, le cadre du CFCM affirme «déplorer le fait que certains médias donnent, en boucle, la parole à des hommes politiques dont la haine à l’égard de l’Islam et des musulmans est connue, sans inviter des responsables musulmans pour leur apporter la contradiction».
Le propos est fort et facilement vérifiable, notamment après que des voix connues de la droite française, n’aient pas manqué de pointer du doigt les musulmans qu’ils accusent d’être le moteur de l’antisémitisme en France.
L’incident qui a opposé quelques «gilets jaunes», à l’académicien français de confession juive, Alain Finkielkraut, au lendemain du tag d’une photo de Simone Veil taguée avec une croix gammée en banlieue, a réveillé la conscience de la France qui a de quoi se reprocher le mauvais traitement infligé aux juifs durant la 2e guerre mondiale. Mais pour se dédouaner du malheur causé aux juifs par la France officielle de l’époque, certaines personnalités politiques s’en prennent aux musulmans. Dans le lot, il y a la conseillère municipale Dorothée Moureaux, dont les propos ont été condamnés par M.Zekri.
Ladite conseillère et néanmoins directrice d’école, a déclaré vouloir «mettre au pas» les musulmans et dénoncé le fait que l’on ne peut plus circuler dans le département du 93 (Seine-Saint-Denis). Cette élue du parti Les Républicains (LR), a écrit sur son compte twitter: «Il est temps de mettre au pas les musulmans qui sont les premiers à insulter les juifs», avant de l’effacer mais elle persiste à dire qu’elle assume ses propos.
Sur les réseaux sociaux, l’indignation est totale de centaines de personnes ont qualifié ces propos d’«appel à la haine, une stigmatisation et une horrible présomption d’antisémitisme pour les musulmans».
Pour le président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, cette élue, «dont certains de ses dirigeants passent leur temps sur les plateaux de TV à stigmatiser les musulmans par des déclarations de ce type, met en danger le +vivre ensemble+ au lieu de pratiquer une politique d’apaisement». Les médias et les courants politiques hostiles au concept du vivre ensemble, ont passé sous silence la participation de milliers de Français de confession musulmane à la marche pour dénoncer l’antisémitisme, le racisme et la haine de l’autre, organisé avant-hier. «Il faut préciser que la profanation des tombes juives en Alsace, n’est pas l’œuvre de musulmans, mais de nazillons de l’extrême droite et des identitaires», a souligné, à juste titre M.Zekri.
Faut-il rappeler qu’en 2018, plus d’une centaine d’actes antimusulmans ont été enregistrés en France, sans que cela ne suscite la moindre réaction de réprobations de la part de la société, des politiques ou des médias français.
Pourtant, une réelle inquiétude gagne les musulmans de France en raison de la montée de l’islamophobie à travers un discours de haine véhiculé par les réseaux sociaux. Le cyber espace est rempli de mensonges envers les musulmans et l’islam.
Lynda Sahraoui 

Source : ouestribune-dz

ouestribune-dz

What do you think?

Written by Metsoul Fekoune

Le Makhzen réprime dans le sang une manifestation d’enseignants

Ligue 1 de football (mise à jour) : Le MCA dos au mur, faux pas interdit pour le CABBA