Ramadhan 2019 : Les prix de référence nécessitent une application rigoureuse des lois

0

Les prix de référence établis pour certains légumes et viandes, à l’occasion du Ramadhan, constituent une mesure efficace contre la spéculation, à condition qu’elle soit rigoureusement appliquée.

Selon le président de l’Association de protection et d’orientation des consommateurs, Mustapha Zebdi, qui intervenait hier lors du Forum du quotidien El Moudjahid à Alger, cette nouvelle mesure implique aussi le consommateur censé dénoncer tout écart important par rapport aux prix de référence. Il peut même lutter contre la spéculation et la flambée des prix qui caractérisent les marchés algériens durant le mois de jeûne, a-t-il indiqué. Ainsi, il a rappelé que le ministère du Commerce avait décidé dans le cadre du mois sacré et pour la sauvegarde du pouvoir d’achat, le plafonnement des marges de bénéfices des différents opérateurs intervenants dans la mise sur le marché des produits de large consommation. Il est question aussi de la mise en place d’un prix de référence pour la pomme de terre, l’ognon, l’ail, la tomate, la carotte, la courgette et la salade verte. Le ministère du Commerce a également assorti cette mesure par la mise à disposition des consommateurs d’une application mobile «Aswaq»- qui veut dire littéralement : marchés- qui d’abord fournit le prix de référence de chacun de ces produits, mais offre également la possibilité au consommateur de dénoncer le commerçant qui pratique un prix spéculatif.
Il est de même possible aux citoyens de dénoncer de telles manœuvres en appelant le numéro 33.11 disponible continuellement pour faire intervenir les agents de contrôle du marché contre ces commerçants.
L’Etat a de même supprimé le Droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS) au profit des importateurs de viandes bovines fraîches ou congelées, les fruits secs ou séchés et les bananes, a rappelé M. Zebdi, qui précise que la banane fera office de régulateur du marché des fruits vu que c’est un produit de substitution par excellence. Pour ce qui est des viandes rouges qui seront importées sans le DAPS, leurs prix baisseront, selon M. Zebdi, qui estime également que les prix des fruits secs et séchés baisseront d’environ 70%, vu que le DAPS leur étant actuellement appliqué est équivalent à ce pourcentage. Il a, en outre, évoqué la mise en place, comme troisième point de ce dispositif, de 600 marchés de proximité sur le territoire national, notamment dans les nouvelles cités, ce qui aura pour effet d’élargir la disponibilité des produits et de résorber les marchés parallèles.
M. Zebdi a rappelé que ce dispositif-là allait perdurer même après le mois sacré, notant qu’il permettrait de conforter «le nombre restreint» des marchés régionaux qui se comptent au nombre de 866 au niveau national pour 1.541 communes, soit avec une proportion d’un marché pour deux communes. CxIl a également exprimé le souhait de voir le nombre de ces marchés dits parisiens, augmenter.
Noreddine Oumessaoud 

Source : ouestribune-dz

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here