Ramtane Lamamra : «L’Algérie refuse toute ingérence étrangère dans ses affaires internes»

L’Algérie a refusé toute ingérence aussi bien dans ses affaires que dans les affaires des pays souverains. Ce principe cher à la diplomatie algérienne qu’elle a su défendre depuis plusieurs décennies, a été réitéré jeudi dernier, à Alger.

En effet, l’Algérie n’a pas cessé de défendre le principe de non-ingérence, comme fut le cas, dans le passé, concernant la situation de nombreux pays confrontés à des troubles d’ordre sécuritaire. La diplomatie algérienne avait toujours rappelé la nécessité d’opter pour le règlement politique des conflits, loin de toute intervention étrangère.
Face au mouvement populaire pacifique que connait l’Algérie depuis un mois, beaucoup de pays étrangers ont exprimé leurs avis et points de vue. Les partenaires internationaux ayant émis des appréciations doivent prendre en considération les relations amicales avec l’Algérie et respecter le principe de non-ingérence dans des pays souverains.
Ce principe a été rappelé jeudi dernier par le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre, Noureddine Bedoui, organisée à Alger. M. Ramtane Lamamra a réitéré le refus catégorique de l’Algérie de toute ingérence étrangère dans ses affaires internes.
Le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères a indiqué que l’Algérie a reçu avec bienveillance l’intérêt des autres pays sur ce qui se passe dans le pays, mais elle refuse l’ingérence étrangère.
«Par son histoire et ses convictions, l’Algérie avec toutes ses franges sociales et ses différentes obédiences politiques, refuse par principe toute ingérence étrangère dans ses affaires internes», relevant, dans ce cadre, que l’intérêt porté à ce qui se passe en Algérie est compréhensif, mais elle refuse catégoriquement toute ingérence dans ses affaires internes», a-t-il déclaré devant un parterre de journalistes. S’exprimant sur la couverture médiatique étrangère du mouvement pacifique, M. Lamamra a affirmé que l’intérêt doit être porté sur la base des relations d’amitié que d’autres pays aillent avec l’Algérie.
Le vice-Premier ministre a estimé dans ce cadre que «Les articles parus dans la presse et les déclarations de responsables d’autres pays «sont devenus courants dans notre monde actuel. Même l’Algérie a recours à cela. Cependant, l’intérêt doit être porté sur la base des relations d’amitié qui nous lient avec tout autre Etat dans le monde, un intérêt qui doit être naturellement réciproque et mutuel».
Par ailleurs, il a appelé tout un chacun à faire preuve de vigilance. «L’Etat recèle une grande expérience en matière de maintien des plus hauts niveaux de vigilance pour défendre la décision libre et indépendante du peuple algérien», a-t-il indiqué.
Fort de son expérience diplomatique, M. Lamamra a rappelé enfin le rôle de l’Algérie dans la scène internationale. «L’Algérie est un grand pays influent qui a un rôle leader sur la scène internationale et tissé des partenariats avec de nombreux pays», a-t-il soutenu. Il a affirmé que tous les pays souhaitent que l’Algérie continue à jouer son rôle sur les scènes nationale et internationale.
Alger: Samir Hamiche

Source : ouestribune-dz

ouestribune-dz