Récit hallucinant du procès du journaliste Rabah Karèche incarcéré à cause d’une mauvaise traduction !

INTERLIGNES – Le centre-ville de la wilaya de Tamanrasset habituellement calme en cette période de l’année, en raison de la chaleur, fait exception à la règle en cette journée du 5 août. Des hommes et femmes en robes noires et de journalistes partis d’Alger occupent le tribunal de Tamanrasset qui accueille le procès du journaliste Rabah Karèche.

Après plusieurs coups de raquette entre le juge d’instruction et la chambre d’accusation, le dossier du journaliste Rabah Karèche a enfin atterri devant la juge près le tribunal correctionnel de Tamanrasset.

Les aiguilles de l’heure pointent 10h et le coup d’envoi du procès devrait être donné d’une minute à une autre dans la salle d’audiences qui regroupe les avocats, les confrères et les proches du journaliste ainsi que des témoins dans l’affaire. Les signes de stress et d’inquiétudes sont visibles sur les visages de tout un chacun.

Lire cet article  Vols Canada - Algérie à 5000 euros : l’interminable calvaire des expatriés algériens

Alors que tout le monde se demandait si Rabah viendra au tribunal, son visage apparait soudainement dans l’écran de la salle d’audience. Il sera jugé par vidéo-surveillance. Une mesure introduite dans les tribunaux algériens avec l’arrivée de la pandémie de coronavirus en février 2020 au pays. « Il parait plutôt en bonne forme », chuchote-t-on.

Sous les regards des présents dont l’épouse de Rabah Karèche, la juge commence par les procédures habituelles dont des questions sur l’affiliation du prévenu. Ces formalités dépassées elle commence à l’interroger et la nature des questions confirme vite que Rabah Karèche est jugé pour sa qualité de journaliste.

Lire cet article  Traversées de la Méditerranée : les harragas algériens battent un nouveau record en Espagne

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS