Regroupement familial en France : La galère d’un père de famille algérien (Témoignage)

Alger Expat – Les demandeurs de visa de regroupement familial en France vivent un véritable calvaire. En raison des délais d’attente trop longs et la procédure trop compliquée. C’est le cas de Mohammed, un Algérien de 55 ans qui essaie depuis 2019, de faire venir d’Algérie, sa femme et ses  trois enfants.

Dans un témoignage recueilli par le site Info Migrants,  le quinquagénaire originaire d’Algérie qui vit en France depuis 23 ans, est marié à une Algérienne, avec qui il a un enfant de trois ans. Son épouse a deux enfants nés d’une précédente union.

Mohammed tente depuis mai 2019, de faire venir sa famille en France. Mais les autorités françaises refusent toujours, sa demande de regroupement familial qu’il a déposé en mai 2019. « Pendant des mois, je n’ai pas eu de nouvelles de mon dossier et en décembre de la même année, on m’a réclamé des documents supplémentaires », explique-t-il.

Galère administrative

Le ressortissant algérien explique avoir envoyé les pièces demandées. Mais en janvier 2020,  « la préfecture m’a renvoyé mon dossier me disant qu’il était incomplet ». Il affirme avoir dû recommencer tout à zéro, et refaire une nouvelle demande. « En février, j’ai donc déposé un nouveau dossier de regroupement familial. Ce n’est qu’en juillet qu’on m’a confirmé l’enregistrement de ma demande » souligne-t-il.

Lire cet article  Algérie : six choses que vous ignorez peut-être sur Abdelaziz Bouteflika, l'ancien président algérien mort à 84 ans

« Pendant des mois, j’ai attendu que des agents de l’Office français de l’immigration et de l’intégration, viennent visiter mon logement, pour savoir s’il répondait aux critères demandés pour la réunification. Plusieurs rendez-vous ont été annulés en raison de la pandémie de Covid-19 et finalement, en janvier 2021, l’Ofii a organisé une visite chez moi à la hâte », ajoute-t-il.

« Un appartement de 60 m2 est trop petit »

Alors que Mohammed pense avoir fini avec la galère administrative,  il reçoit  finalement en juillet une lettre de la préfecture lui notifiant que sa demande de regroupement familial avait été refusée. « L’administration française a estimé que mon appartement de 60 m2 était trop petit pour recevoir ma famille », explique-t-il. Ajoutant  que « selon le règlement, je dois vivre dans un logement de minimum 52 m2 pour cinq personnes. Mais je ne savais pas que deux pièces n’étaient pas suffisant, cela n’est indiqué nulle part ».

Lire cet article  Covid-19 en Algérie : 166 nouveaux cas, 131guérisons et et 10 décès

L’Algérien de 55 ans affirme que cette situation le met « au bord de la dépression. Je vois mon fils grandir à travers un écran d’ordinateur. Avec les restrictions de déplacement dues à la pandémie, je n’ai pas vu mon enfant depuis octobre 2019 ! C’est sinistre ».

« Dire que je suis déçu n’est pas assez fort pour exprimer ce que je ressens (…) J’ai l’impression que les conditions d’obtention de regroupement familial se sont durcies et que l’État français ne veut pas d’étrangers sur son sol, » déplore Mohammed.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS