Relizane : Une connexion Internet au «goutte-à-goutte»

Hier matin, les préposés exerçant au siège central d’Algérie- Télécoms (A.T), de «Relizane » ont été soumis à rude épreuve, par la présence d’abonnés à Internet, venus en nombre, déposer des réclamations au sujet du débit d’accès au Net qui serait, depuis quatre jours consécutifs, insignifiant, infime, voire quasiment inexistant dans certains quartiers de la ville. Une connexion disloquée, saccadée, chaotique, constatent, exaspérés, les usagers. Contacté, à ce propos, un technicien activant au niveau des répartiteurs, a mis cette “relâche qui perdure” sur le compte d’une panne des équipements touchant l’ensemble du réseau plénier. Une manière pour ce dernier, selon les usagers, frustrés, de s’en laver les mains. Le préjudice et les pertes induits par ces arrêts et avaries « exagérément réitérés », seraient démesurés et surtout irritants, outre leurs coûts, pour les clients dont internet constitue un outil de travail permanent. Nonobstant les désagréments gênes, à répétition, occasionnés à tous les usagers et autres utilisateurs professionnels notamment ceux ayant pris le pli de bénéficier des prestations « on line », de téléphone virtuel, Skype, Viber, Free-talk, réseaux sociaux. Parallèlement, les utilisateurs disent ne pas comprendre pourquoi l’opérateur ne dispose guère d’un « progiciel opérant », qui permettrait d’observer des pauses automatiques, en cas bloquant net le fil courant de consommation des cartes de recharge, 2000 à 4000 DA par mois. Ce conditionnement éviterait de comptabiliser la période de l’abonnement non consommée, à leur détriment, comme cela se fait partout dans le monde. Il faut signaler, enfin, qu’AT, bien que cet opérateur ne détienne aucune exclusivité en la matière, se distingue parfois, voire souvent, par son silence lorsqu’il s’agit de… communiquer, d’informer, de prévenir sa clientèle pour, éventuellement, modérer, contenir l’attente de l’abonné.

Source : tribunelecteurs

tribunelecteurs