Révélation : cette réforme avortée de Bouteflika qui allait éliminer Gaïd-Salah

13

Il est de ces déclarations qui échappent à l’attention du plus grand nombre mais qui, pourtant, valent leur pesant d’or. Il en est ainsi du pavé qu’un candidat à la présidentielle incertaine du 12 décembre vient de jeter dans la mare.

Abdelkader Bengrina vient de déclarer, en effet, que l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, était en passe de procéder à une profonde réforme du système politique en 2018, c’est-à-dire une année avant l’échéance électorale annulée du 18 avril. Le chef de l’Etat déchu voulait instituer une Assemblée constituante et instaurer un système fédéral, nous apprend l’ancien ministre du Tourisme qui s’est lancé, avec quatre autres lièvres, dans l’aventure électorale imposée par le commandement de l’armée et rejetée par le peuple.

Abdelkader Bengrina affirme avoir été contacté par deux «responsables de deux institutions, dont un est en prison actuellement», pour lui demander d’adhérer au chantier qu’Abdelaziz Bouteflika allait lancer. Le candidat à la présidentielle n’a pas précisé quels sont ces deux responsables qui ont pris langue avec lui et d’autres acteurs politiques, à l’époque, cela va de soi.

Lire aussi  Constitution et réforme des institutions : Tebboune choisit le chemin le plus long

Si la révélation de cet ancien membre du gouvernement d’obédience islamiste s’avérait juste – et il n’y a pas de raison pour qu’elle ne le soit pas –, cela signifierait que Bouteflika allait réaliser, avant terme, les changements revendiqués par les millions d’Algériens qui manifestent depuis neuf mois pour exiger ces mêmes transformations, qui semblent avoir été programmées par le Président déchu mais qui aurait donc été freiné dans sa démarche. Par qui ?

Si le système fédéral est mal perçu par de nombreux Algériens qui y voient une division de l’Algérie, bien que ce concept soit loin de tout morcellement du pays, l’Assemblée constituante, elle, est un des éléments que la majorité des citoyens envisagent pour fonder la nouvelle République à l’avènement de laquelle aspire le peuple majoritaire qui marche tous les vendredis depuis le 22 février. La nouvelle approche avortée visait donc à décentraliser le pouvoir et à mettre fin au système ultra-présidentiel à l’orée de l’échéance d’avril 2019 à laquelle Abdelaziz Bouteflika n’avait pas l’intention de participer, selon une autre révélation faite, celle-là, par le général Toufik lors de la parodie de procès de Blida et dévoilée récemment par des sources fiables.

Lire aussi  Une nouvelle lutte de clans menace la stabilité et l’avenir de Sonatrach à cause du dossier de la raffinerie Augusta

A la lumière de ces deux nouveaux détails qui revêtent une importance extrême dans l’analyse de la grave crise politique qui secoue le pays actuellement, on entrevoit le jeu malsain des résidus du système Bouteflika, commandés par le chef d’état-major de l’armée, qu’une telle réforme aurait écartés du pouvoir. Le blocage de cette initiative par Gaïd-Salah lui a permis d’opérer le coup d’Etat déguisé du 2 avril dernier.

M. K.

Source :

13 Commentaires

  1. C’est des mensonges et de la propagande du clan mafieux d’Oujda et ses adeptes;réfléchissez bien Mr le traitre Bouteflika a perdu les commandes de l’Algérie lors de l’attaque AVC cérébrale survenue en 2013; et depuis ce n’est plus lui qui donne les ordres,c’est bien son crapule de frère said et le reste de la bande d’Oujda,n’écouter pas ce rapporteur de paniers de Mr Bengrina il est choisi pas pour etre le lièvre plutot pour faire le chien de chasse,seule et unique solution ne jamais participé à la continuité de la destruction de notre mère patrie,restez a la maison le 12 décembre prochain ou aller chassés les Harkis des bureaux de votes

  2. Rien à foutre de vos histoires à la con ,Tetnahaw ga3 ,un point c’est tout, heh la fatcha del porco.

  3. Bouteflika etait absent mentalement en cette periode,comment pouvait-il avoir ces projets vous prenez les gens pour des imbeciles ?

  4. N’importe quoi ..Il était une marionnette que son frère utilisait et vous venez nous raconter qu’il. Préparais un système de régionalisme. ..on voit bien l’idée …

  5. Après les récents articles visant à disculper toufik voilà qu’on pousse le bouchon encore plus loin et qu on vient à réhabiliter boutflika: mais c’est l histoire de l’arroseur arrosé, ou celle de celui qui croyez prendre et qui est pris ou celle du mystificateur qui est lui même le premier mystyfie

  6. L’anecdote est possible tant les bouteflika sont pervers mais je jurerais que les os d’Amirouche se sont fracassés dans leur tombe lui qui a plus combatu les franco-berbères autant dire les zouaves que le colonialistes,quant à Abane il préférerait encore mourir une seconde fois plutot que voir une algerie neocolonisee

  7. Salam,
    C’est du pipo, soit disant, une pseudo République bannière, ils (la Issaba) n’ont pas pu géré convenablement une naissante République (corruption ; régionalisme ; dilapidation des biens du peuple. ..etc ),comment pourraient -ils ,gouverner plusieurs États (fédérations )?Mr Bengrina, tu es un rêveur ,tu crois au père Noël 🎅Algérien. Vous êtes incapables d’installer des toilettes publiques dans les grandes villes, et vous
    Vous projetez ou du moins vous rêvez d’un fédéralisme à l’occidentale .MR Bengrina, je pense
    Que ta place est auprès des sept (7) dormeurs ,évoqués dans le coran (sourate el-kef).Bon sommeil, quand tu te reveilleras par la volonté d’Allah, l’Algérie sera fédéraliste.

  8. A El Hadi a Tahan,
    Arrête de parler du colonel Amirouche ya el Kelb. Tu profanes son nom y’a Kelb.
    Parle pas des moudjahidines y’a âabid el Gaid.
    En plus de raconter des conneries, de ta bouche sortent des relents nauséabonds.
    Fhemt y’a Kelb lahass rangers, Amirouche si il était encore en vie Kan yedhbahkoum qui le mâaz .Va lire l’histoire de ton pays au lieu de blablater yakhi bghal, bhim.

  9. Vous n’aurez jamais une assemblée constituante, le changement de régime politique est revendiqué par tous les algériens, mais aucune constante ne sera touchée, ceux qui rêvent d’un état laïc et divisé en communautés peuvent s’acheter une corde pour se pendre haut et court.

  10. Le vieillard bouteflika n avait aucun projet il était complètement diminuer une épave incapable de gouverner absent complètement de la scène politique le coup état avait été fait le frère saïd avait pris le pouvoir c est lui qui mener c est bande de voleurs à la barre qui a profité du vide pour pouvoir faire ce qu il voulait avec la complicité de Gaïd salah tout les institutions était en hibernation plus de vrais politiques de réforme il gérer Algérie au gré de sont humeur limogé des ministre Premier ministre responsable bloqué toute nouvelle lois leur seul intérêt était de profiter à volé enrichir le vieillard abdelaziz bouteflika apparaisse plus aux personnes était cloîtrée dans sont lit incapable de prendre une décision ce pouvoir à manipuler les algériens avec des messages communiqué qui venait du vieillard bouteflika pour nous faire croire que il était au commande de Algérie ce pays et aux mains de clans qui attende que leur heures arrive pour prendre le pouvoir ils hésite pas à mettre Algérie à genoux pour prendre le pouvoir pouvoir quitte à réprimé le peuple pour assoir leur autorité

  11. Il a aussi déclaré, concernant la constitution, que tous les articles sont discutables’ sauf celui en rapport avec la langue Tamazight. Maintenant, est ce que cela, fait de Boutef un président qu’on regrette?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici