Révélation de taille concernant les élections locales !

Algérie Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections, Mohamed Charfi, a révélé ce lundi, pour la première fois, qu’il existe une vive concurrence politique chez les candidats, à l’occasion des élections locales anticipées prévues le 27 novembre prochain. Selon lui, il s’agit “d’une concurrence enthousiaste des candidats” alors que la bataille de la collecte des signatures de parrainage est des plus ardues.

Pour Mohamed Charfi, il existe une “forte dynamique” à travers l’action de six partis politiques, lesquels ont déjà retiré des imprimés de candidature dans 1 000 communes. Selon les chiffres annoncés, il semblerait que ces partis politiques vont dominer la scène électorale et pourraient bien asseoir leur suprématie dans les collectivités locales. Selon les observateurs, il s’agirait des formations traditionnellement omniprésentes dans le paysage politique national, comme le Front de libération nationale, le Rassemblement national démocratique, le Front Moustakbal, le Mouvement de la société de paix et le Mouvement El-Bina.

Lire cet article  Elections locales : les partis politiques fustigent l'attitude de l'ANIE

22 674 dossiers de candidature pour les APC ont déjà été retirés

S’agissant du Front des forces socialistes, le président de l’ANIE a salué sa décision de participer à ces joutes, et ce en dépit de la réticence d’une partie de sa base militante. Pour rappel, le FFS a qualifié son adhésion au processus électoral de “stratégique”, après avoir boudé les législatives de juin dernier. Sa direction politique a longuement expliqué les raisons de son choix de participer à ces élections locales. Côté chiffres, Mohamed Charfi a indiqué qu’à ce jour, 22 674 dossiers de candidature pour les APC ont déjà été retirés contre 11 116 dossiers pour les APW, dont 853 par les partis politiques et 263 par des listes indépendantes.

S’agissant du corps électoral, Charfi fait état de 400 000 nouveaux inscrits par rapport aux dernières législatives du 12 juin, ce qui porte à 23 717 491 le nombre d’Algériens potentiellement électeurs le 27 novembre prochain. Se refusant à toute projection quant à l’engouement des Algériens pour ce vote, Mohamed Charfi se montre toutefois confiant. Il a noté, lors d’une précédente déclaration aux médias, que “toutes les conditions” de réussite sont “réunies”, relevant que cette réussite était “étroitement liée au degré de l’éveil démocratique chez le citoyen”. Pour le président de l’ANIE, son institution s’attèle à assurer la crédibilité, l’intégrité et la transparence des prochaines élections ainsi que l’égalité entre tous les concernés, aussi bien les candidats que les électeurs.

Lire cet article  Des formations politiques ne participeront pas aux élections locales

Interrogé sur la fraude et la corruption électorale, Charfi a montré son engagement : “Nous ferons barrage à l’argent sale sur les listes électorales pour les élections locales du 27 novembre prochain.” “La confiance exprimée par le président Tebboune, lors de son discours samedi devant les walis, est un encouragement pour nous en vue de nettoyer les listes électorales et moraliser les candidatures”, a fait savoir Mohamed Charfi au micro de la Radio nationale.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS