Rupture avec le Maroc : le Sénat parle d'”une revendication populaire”

Saluée par certains et surprenante pour d’autres, la décision de rompre les relations avec le Maroc a été officiellement annoncée par Ramtane Lamamra. Ainsi, les réactions se multiplient depuis que l’information a été donnée. 

En effet, le conseil de la nation a fait paraître ce mercredi 25 Août un communiqué abordant la question.

Le conseil de la nation présidé par Salah Goujil a indiqué soutenir la décision prise par l’Algérie à l’endroit du Maroc.

“Une revendication populaire”

Le conseil de la nation “affirme qu’il s’agit d’une revendication populaire qui s’identifie à la décision politique de l’état algérien dirigé par le président Tebboune”, et d’ajouter que “cette décision constitue la réponse la plus raisonnable et équilibrée de la part de l’Algérie”.

Lire cet article  Crise diplomatique : l'Algérie compte imposé d'autres nouvelles mesures au Maroc selon Amar Belani

D’après la même source, l’Algérie a toujours fait preuve de “retenu” prenant en compte la “dimension humaine” dans le renforcement des liens qui lie les deux peuples.

Le Sénat avec à sa tête Salah Goujil, a également montré sa solidarité à la décision de rompre les relations avec le Maroc qui “intervient en signe de protestation contre la main empoisonnée adoptée par le Maroc, et en réponse aux chutes successives du makhzen et de ses jeux et provocations ignobles contre l’Algérie”.

Enfin le communiqué de conclure que le sénat s’engage “dans l’effort du président de la république pour jeter les bases d’une Algérie forte, qui inspire le respect à l’intérieur comme à l’extérieur”.

Lire cet article  L’Algérie décide de déclarer la guerre économique au Maroc

Abonnez-vous à notre chaine youtube

1 COMMENTAIRE

  1. Faux. Ce n’est pas une “revendication populaire” comme vous le dites. C’est une décision qui vient des hautes sphères de l’État. Le peuple n’a rien formulé de tout ça. La logique, la diplomatie et la bonne gouvernance aurait été de se mettre autour d’une table et d’en discuter, comme le font les grandes nations. On n’impute pas les échecs politiques et diplomatiques dur le dos du peuple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS