in

SAHARA OCCIDENTAL : Un député français dénonce  le  soutien inconditionnel de Paris à Rabat 

La France, membre du Conseil de sécurité, ne va pas dans le sens de l’autodétermination des peuples et du respect du droit international et son droit de véto n’est utilisé que pour satisfaire le Maroc dans le conflit du Sahara occidental, a affirmé le député français Jean-Paul Lecoq.

« La France est l’un des cinq membres permanents au Conseil de sécurité et y dispose du droit de véto. Ce pouvoir très important est utilisé pour satisfaire la royauté marocaine dans toutes ses demandes, et contribue donc à jeter de l’huile sur le feu », a expliqué le député dans une interview a un site électronique sahraoui. Il a ajouté  que la France « devrait plutôt se battre pour accélérer le processus de paix » au Sahara occidental.
Elle devrait se battre, a-t-il poursuivi, « pour faire en sorte que la Mission de l’ONU sur place, la MINURSO, soit enfin en capacité de mettre en œuvre le référendum d’autodétermination prévu depuis 1991 et de protéger les citoyens sahraouis ». Pour lui, une « forte » attente s’est créée autour de l’action de l’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU au Sahara occidental, Horst Köhler, qui « permettra peut-être une avancée dans la résolution de ce conflit dès cette année », soulignant que cette mission a été accélérée par les états-Unis qui souhaitent en finir avec toutes les missions de l’ONU qui sont bloquées.
« La seule inquiétude c’est que dans le rythme très rapide de la volonté américaine de résoudre les conflits, la France n’aille pas dans le sens de l’autodétermination des peuples et du respect du droit international, mais œuvre à entériner la situation au profit du Maroc et sa solution d’une autonomie, ce qui reviendrait à valider la colonisation marocaine de ce territoire », a-t-il déploré.
Par ailleurs, il a indiqué que la situation des prisonniers politiques sahraouis, détenus dans les prisons marocaines, est « extrêmement grave et urgente », regrettant que l’ONU, en tant qu’instance internationale, « a des processus diplomatiques lents, et ne dispose pas de force coercitive ». Toutefois, il a noté que son action dans le cas des prisonniers politiques sahraouis est « très importante parce qu’elle contribue à faire connaitre les violations des droits de l’homme perpétrées par le Maroc au monde entier ». Le député français pense que la relation franco-marocaine pourrait être « très utile » pour résoudre le drame des prisonniers politiques sahraouis.
« Les solides liens d’amitié entre les deux pays permettraient à la France de demander au Maroc d’arrêter la torture ou de lui conseiller une solution acceptable du point de vue du droit international pour sortir du conflit », a-t-il précisé, relevant que la France se trouve dans une position « très ambiguë ».
« Elle semble accepter tout ce que demande le Maroc, y compris des choses intolérables pour un pays libre comme récemment l’enlèvement d’une œuvre d’art faisant référence à la guerre maroco-sahraouie au Centre Pompidou ou bien l’annulation du concert d’une artiste sahraouie à l’Institut du monde arabe. C’est un comportement surprenant au regard des valeurs qui avaient animé mon pays », a-t-il fait observer, notant que la diplomatie française « a perdu sa crédibilité » dans le règlement des conflits dans le monde. »Elle est devenue un porte-parole du Maroc sur le conflit du Sahara occidental. Et les diplomates des autres pays ne s’y trompent plus », a-t-il conclu.
Depuis le début du mandat du président Macron le soutien inconditionnel au Maroc et à son monarque, qui passe le plus grand de son temps en France, s’affiche au grand jour.
Non seulement au plan diplomatique mais à tout ce qui touche à l’image du royaume notamment pour ce qui est des droits de l’homme. Ainsi tout dernièrement des baltaguias marocains venus de Rabat ont  violemment perturbé une réunion à Paris sur la liberté de la presse au Maroc. En toute impunité.
Mokhtar Bendib

Source : lecourrier-dalgerie

lecourrier-dalgerie

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *