Selon un étude scientifique : Cristiano Ronaldo est immunisé contre la pression

D’après les résultats de l’étude menée par l’Université de Louvain et par SciSports, société spécialisée dans l’intelligence statistique autour du sport professionnel, Neymar aurait pour sa part la fâcheuse habitude de voir ses performances décliner lorsque la pression s’accentue. Voir les photos Cristiano Ronaldo insensible aux effets du stress.

En football comme dans de nombreux autres sports, savoir garder ses moyens sous la pression est une qualité non négligeable. Elle peut même faire la différence entre un très bon joueur et un champion, ce dernier étant capable de faire abstraction du stress créé par le contexte et/ou par l’enjeu (voire de s’en nourrir) pour produire son meilleur football lorsque son équipe en a le plus besoin. Une étude récente, conjointement menée par l’Université de Louvain et par la société SciSports, spécialisée dans l’analyse de données statistiques sur le sport de haut niveau, a tenté de mesurer quels sont les joueurs les plus performants dans ce domaine, et ceux qui ont plus de difficulté à gérer la pression.
Le modèle développé par les chercheurs est à la fois complexe dans son élaboration et simple dans son principe. L’idée est en effet de mettre en rapport la production d’un joueur, en termes d’exécution des actions et de prise de décisions, avec le degré de pression relatif non seulement au contexte général du match, mais aussi à son déroulement. Par exemple, une action effectuée par un joueur dans les 10 dernières minutes d’un quart de finale de Ligue des champions, alors que le score est nul, sera considérée comme réalisée dans une situation de haute pression, tandis que le même type d’action par le même joueur au même moment de la partie dans un match de championnat contre un adversaire de bas de tableau, alors que la victoire est déjà acquise, sera considérée comme une action réalisée dans une situation de basse pression.
En compilant des données enregistrées sur près de 7000 matches de 7 compétitions différentes, l’étude tente donc de dégager des tendances quant à l’influence des situations de stress sur la production de plusieurs stars du football mondial. “Le scenario idéal, pour un footballeur professionnel, est d’avoir un niveau de performance stable, quel que soit le degré de pression, explique Jan Van Haaren, chercheur pour SciSports. Nos analyses montrent par exemple que le Portugais Cristiano Ronaldo ne ressent pas la pression : ses performances sont constantes. Par ailleurs, le Brésilien Neymar semble pour sa part s’écrouler sous l’effet du stress. Il prend de plus mauvaises décisions lorsque la pression est plus forte.” Particulièrement éclairant à ce titre, le tableau ci-dessous, réalisé dans le cadre de l’étude, révèle aussi un profil atypique pour l’attaquant de Manchester City Sergio Agüero, qui est meilleur dans les situations de haute pression, à la fois en termes d’exécution et de décision !

 

Source : ouestribune-dz

ouestribune-dz