Sept Directions dont celle des renseignements généraux subissent des changements

Algérie- Le directeur général de la  Sûreté nationale (DGSN) vient d’opérer un mouvement important.  Pas  moins  de  sept directions ont vu leur patron changer de titulaire particulièrement celles des Renseignements généraux et de la Police aux frontières.

La nomination des nouveaux directeurs a été fait hier 22 août 2021, après accord du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Il s’agit de Tahar Saïdani, contrôleur de police, nommé au poste de directeur des renseignements, de Salah Makhlouf, contrôleur de police, désigné  directeur de la Police aux frontières.

Le ménage  a  été  opéré  également  au  sein du  cabinet  du  DGSN  où le contrôleur général  de  police, Mohamed  Adjaoud, a  été  nommé  chef  de cabinet. Quant au poste de directeur de la sécurité publique, il est revenu à Mohand Cherif Daoud, alors qu’Abdelhak Bouraoui hérite du poste de directeur de la police générale.Enfin, Mohand Saïd Si M’hand, contrôleur de police, est nommé directeur des ressources humaines, et le commissaire divisionnaire, Azeddine Benkhelifa, directeur de l’administration générale. En réalité, ce mouvement, dit partiel, s’apparente à un changement touchant des directions sensibles.

Lire cet article  Education : le calendrier des examens trimestriels 2021-2022 en Algérie

Enfin, Mohand Saïd Si M’hand, contrôleur de police, est nommé directeur des ressources humaines, et le commissaire divisionnaire, Azeddine Benkhelifa, directeur de l’administration générale. En réalité, ce mouvement, dit partiel, s’apparente à un changement touchant des directions sensibles.

C’est un véritable toilettage dans les rangs de l’institution de la police. Faut-il rappeler que ces changements interviennent dans un contexte particulier, marqué essentiellement par des feux de forêt qui ont endeuillé le pays. Est-ce justement ce contexte qui explique ce mouvement ? Plausible hypothèse.

D’évidence, le patron de la Police nationale, Farid Bencheikh, nommé à la mi-mars 2019, avait besoin d’injecter de nouvelles choses dans son institution. Une institution souvent montrée du doigt, notamment dans la gestion des manifestations populaires. Les images de la brutale répression d’une manifestation du Hirak à Alger avaient choqué l’opinion publique au plus haut point.

Lire cet article  Crise de l'eau en Algérie : quatre communes concernées par les coupures d'eau

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS