Aïd al-Adha en France : Enquête sur l’abattage illégal de moutons

2

 – Les éléments de la Gendarmerie française ont procédé à l’ouverture d’une enquête suite à la découverte de moutons abattus illégalement, le dimanche 11 août 2019, premier jour de l’, du côté de Bessey dans la Loire, rapporte le média France Bleu.

En effet, les moutons abattus, au nombre de 11, ont été découverts le premier jour de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha dans un élevage d’une trentaine de moutons à Bessey, à l’est de Saint-Étienne. La même source nous apprend que l’éleveur disposait d’une autorisation pour ses activités d’élevage ovin. Néanmoins, il n’était pas autorisé à abattre des moutons dans ce terrain.

Abattage illégal des moutons pour l’Aïd al-Adha

Appréhendé au moment où il allait vendre les moutons abattus, l’éleveur s’est vu infliger un procès-verbal. De même que ses clients. Ils sont d’ailleurs tous convoqués par la Gendarmerie. D’après les lois françaises, l’éleveur risquerait une peine de 6 mois de prison assortie d’une amende de 15’000 euros pour abattage en dehors d’un abattoir agréé.

En outre, les services vétérinaires et environnementaux sont intervenus pour contrôler l’ensemble de l’élevage. Un service d’équarrissage est ensuite venu chercher les onze carcasses.

Sur place, le maire de la ville, Charles Zilliox, a exprimé son désarroi sur ce qui venait de se passer. « Je vais voir avec la préfecture comment gérer ce type d’incident. Cela ne doit plus arriver. Les bêtes auraient dû être emmenées à l’abattoir », a-t-il déploré.

Autorisation de l’abattage rituel de l’Aïd al-Adha

Par ailleurs, interrogé sur les raisons de ces pratiques, le président du Conseil régional du culte musulman Rhônes-Alpes, Benaissa Chana, estime que « pour certaines familles, ce n’est pas possible de s’offrir une bête à 300 euros, c’est cher. Et dans la religion musulmane, c’est la personne elle-même qui tue son , mais seulement si cela est possible. Or dans les abattoirs agréés, ce n’est pas possible ». Néanmoins, Benaissa Chana souligne la nécessité de se procurer le bétail en filière régulière, car « sur ces abattages illégaux, il n’y a aucun contrôle, aucune hygiène, c’est dangereux »

En ce qui concerne l’abattage rituel des moutons en France, la loi l’autorise seulement dans les abattoirs agréés. L’abattage dans les abattoirs clandestins, à la ferme, ou chez l’habitant est strictement interdit.

2 Commentaires

  1. Les vrais raisons ne sont pas religieuses mais financières, pour économiser les frais d’abattage, on prend tous les risques sanitaires, pour sois, sa famille et son entourage pour économiser quelque Euros.
    L’hypocrisie et la connerie peuvent tuer.

  2. Les vrais raisons ne sont pas religieuses mais financières, pour économiser les frais d’abattage, on prend tous les risques sanitaires, pour sois, sa famille et son entourage pour économiser quelque Euros.
    L’hypocrisie et la connerie peuvent tuer.

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here