Alger : Le commerce informel reprend de plus belle

0
Source :

Baisse de garde ou conséquence conjoncturelle, le commerce informel reprend de plus belle à Alger, bravant les nombreuses mesures décrétées au cours des dernières années pour l’éradiquer et débarrasser l’économie nationale et, dans certains cas, la santé publique de sa nuisance.

Désormais, même les grandes artères de la capitale ne sont plus épargnées par la vente à la sauvette. Pourtant, ce phénomène est largement décrié par les commerçants «formels», détenteurs de registre du commerce et payeurs assidus d’impôts, en étant les premiers à en faire les frais. Alignés les uns après les autres, tout au long des «Arcades», à l’entame de la rue Mouhamed-Belouizdad, des étals de fortune exposent, au nez et à la barbe des autorités compétentes, tous types de marchandises. On y vend des fruits et légumes, chaussures (hommes, femmes, enfants), accessoires de téléphonie (kit main-libre, anti-choc…), effets vestimentaires et pain ordinaire ou traditionnel (galettes). Tout est matière à gagner sa journée ou, pour certains, arrondir les fins de mois. Les mêmes scènes se répètent dans d’autres quartiers de la capitale à l’instar de Belcourt, Bab-El-Oued, Bachdjerrah ou encore El-Harrach, a-t-on constaté. Dans une ruelle en pavé, collée au dos du marché «Clausel» et non loin de la fameuse rue Didouche-Mourad, portant jadis le nom de «Michelet», des denrées sont écoulées clandestinement, en toute quiétude. Des jeunes et moins jeunes proposent aux passants des fromages (dans l’irrespect total de la chaîne du froid), des produits cosmétiques, des ustensiles, des vêtements ou encore des appareils électroniques, étalés à même le sol ou sur des supports bricolés. Tentés par «les bas prix», des habitués font le bonheur des marchands à la sauvette. Ils préfèrent s’approvisionner de l’informel, alors que le marché couvert, le formel, se trouve à quelques mètres de là. «J’habite au Telemly (sur les hauteurs d’Alger). Je me rends ici (Clausel) au quotidien pour faire mes emplettes en raison des prix abordables», a confié une mère de famille, pendant qu’elle achetait du fromage posé par terre sur une bâche en plastique, sous un soleil de plomb et tout près des poubelles du marché dégageant des odeurs nauséabondes.

Lire aussi  PRÉPARATIFS POUR LE HADJ-2020 : Le gouvernement fait le point

Des efforts pour contrecarrer l’informel subsistent
D’autres consommateurs, plus prudents, préfèrent ne pas prendre le risque d’acheter des produits périssables, par crainte des conditions d’hygiène jugées mauvaises ou peu fiables. «Je ne m’aventure jamais à acheter ces produits dont j’ignore la date de péremption et la traçabilité», témoigne Ahmed, qui dit bouder les marchandises proposés aux marchés informels, malgré leurs prix attractifs. à quelques encablures de la rue Hassiba-Ben-Bouali, des marchands informels étalent leurs produits dès les premières heures de la matinée, à proximité de l’hôpital Mustapha-Pacha. L’étroite ruelle Ayoub-Sedik (anciennement Bichat), menant vers le quartier de Meissonnier, est un marché clandestin à ciel ouvert, où l’on trouve de tout. Même les vieilles pièces détachées, notamment pour automobile, y sont proposées. Collés les uns contre les autres, des étals, une centaine environ, longent les abords de cette ruelle rétrécie, surplombant la cour principale du Lycée Omar-Racim. Approchés par l’APS, ces commerçants d’occasion justifient le recours grandissant à la vente informelle par le «chômage» et «l’absence d’espaces commerciaux aménagés». Le même constat a été établi au marché informel de fruits et légumes de Bab-El-Oued, qui ressuscite après avoir été éradiqué.
Idem pour la Place des Martyrs où le phénomène de l’informel s’est intensifié de nouveau depuis le mois de Ramadhan dernier. «La bataille contre le commerce informel est loin d’être gagnée sur le terrain», regrette un commerçant, qui déplore l’invasion des marchands improvisés. Moins fatalistes, des commerçants détenteurs de registre du commerce au marché «Clausel» ont confié à l’APS avoir saisi, à travers une requête accompagnée d’une pétition, les autorités concernées pour mettre un terme à ces pratiques illicites, nuisant à leur activité. Pourtant, des marchés de proximité devraient permettre la résorption de l’informel à travers le lancement, en 2012, de l’opération d’éradication des marchés anarchiques.
Une partie de ces derniers a été supprimée ou régularisée, mais d’autres ont fait leur réapparition. Dans le cadre des mesures palliatives visant à assurer une large disponibilité des produits alimentaires de large consommation, 500 marchés de proximité dits «parisiens», ont été ouverts récemment à travers le pays. Le secteur informel représente 45% du Produit national brut (PNB), avait relevé une étude réalisée en 2012 par l’Office national des statistiques (ONS) et annoncée en 2017 par le ministère du Commerce. à rappeler que sur 1 478 marchés informels recensés au niveau national, 1 092 marchés ont été éradiqués jusqu’à la fin 2018, selon un bilan du ministère du Commerce.
Le nombre global d’intervenants informels exerçant dans ces marchés s’élève, quant à lui, à plus de 55 000, alors que le nombre d’intervenants réinsérés dans le tissu commercial légal n’est que de près de
25 000 personnes durant la même période.

Lire aussi  CNAS : Dépôt de près de 13 700 déclarations annuelles des salaires à Oran

Source : lecourrier-dalgerie

Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici