CAN-2019 :La CAF «entièrement satisfaite» de l’organisation

0

La Confédération africaine de football (CAF) est «entièrement satisfaite» du niveau d’organisation de la 32e Coupe d’Afrique des nations CAN-2019 en Egypte, a indiqué vendredi le secrétaire général de l’instance continentale, Mouad Hajji.

Tout le monde est satisfait. Je pense que nous sommes en train d’assister  à un tournoi exceptionnel, avec ce nouveau format à 24 nations. Il y a eu  des efforts conjugués entre la CAF et l’Etat égyptien pour réussir ce  rendez-vous. L’événement se passe dans d’excellentes conditions. La CAF se  devait de réagir après la réussite du Mondial-2018 en Russie, j’espère que  ça ira dans ce sens», a affirmé le SG en conférence de presse tenue au  stade international du Caire. Interrogé sur le passage du tournoi de 16 à 24 nations, le responsable  marocain a défendu le projet initié par l’instance africaine : «Nous sommes  conscients que ce nouveau format nécessite des stades et des terrains  d’entraînement, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et la Guinée auront largement  le temps pour se mettre à niveau. Nous sommes certains que le Cameroun sera  au rendez-vous en 2021, nous sommes prêts à l’assister. Idem pour la Côte  d’Ivoire (2023) et la Guinée (2025), a priori nous n’avons aucun souci à  nous faire. Nous sommes arrivés à un stade élevé d’organisation». Avant d’enchaîner sur le même sujet : «Le passage à 24 nations a été une  décision très pertinente. Ca a permis par exemple à Madagascar de se  qualifier pour les 1/8 de finale pour sa première participation. Le Burundi  et la Mauritanie ont signé leur première présence dans le tournoi. Nous  recherchons un football plus ou moins compact avec des équipes qui peuvent  sortir du lot». Evoquant le niveau général de la compétition, le dirigeant de la CAF s’est  dit «satisfait» : «C’est une compétition exceptionnelle au niveau du jeu et  du fair-play. Concernant le parcours réalisé jusque-là par les équipes  arabes, elles font partie généralement du dernier carré, ce n’est qu’un  prolongement logique de ce qui se passe dans les compétitions africaines  interclubs». Si les matchs de l’Egypte sont suivis par plus de 70.000 spectateurs, les  autres rencontres de la compétition se sont déroulées jusque-là devant des  gradins presque vides. Mouad Hajji a tenu à justifier cette situation. «L’organisation de cet événement a été attribuée très tardivement à  l’Egypte, laquelle s’est concentrée sur le plan infrastructurel. Je saisis  l’occasion pour remercier le public égyptien pour son fair-play. J’espère  qu’il sera encore au rendez-vous. On a vu des supporters très colorés venus  des quatre coins du continent». «Nous avons discuté avec le Comité local d’organisation (LOC) sur  l’importance d’avoir plus ou moins des stades remplis, il y a des projets  qui sont actuellement à l’étude. Le comité est en contact avec des  associations à caractère caritatif pour permettre à des enfants et aux  personnes à mobilité réduite d’assister aux matchs», a-t-il fait savoir. Enfin, Mouad Hajji a réagi à la désignation de la secrétaire générale de  la Fédération internationale de football (Fifa), la Sénégalaise Fatma  Samoura, comme déléguée-générale de la Fifa pour l’Afrique, pour une  période de six mois, afin de «remettre de l’ordre» dans l’administration de  la CAF. «L’arrivée de Samoura est une grande opportunité. Elle arrive avec un  groupe d’experts, ça va permettre d’accélérer les réformes dans un climat  de bonne gouvernance, d’équité. Ca nous permettra de gagner beaucoup de  temps par rapport aux réformes mis en place depuis l’arrivée du président  Ahmad Ahmad. Il y aura des commissions et des instruments pour aller de  l’avant avec la Fifa, elle qui aide beaucoup l’Afrique avec notamment son  programme Football for Hope».

 

Source : ouestribune-dz

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here