CAN-2019 : La méthode Belmadi a la cote

0

Le parcours exemplaire réalisé jusque-là par la sélection algérienne de football, qualifiée avec panache en 1/8 de finale de la CAN-2019 en Egypte, revient en premier lieu à Djamel Belmadi, devenu l’un des sélectionneurs les plus respectés dans ce tournoi continental.

En l’espace de dix mois à la tête des «Verts», Belmadi a réussi son  opération de redressement grâce à une méthode efficace, dont le principe  est le rapprochement des joueurs, ce qui a fini par créer un excellent état  d’esprit au sein du groupe et une communion irréprochable. Dégageant une forte personnalité, sur et en dehors du terrain, l’ancien  international algérien (2000-2004) a pu instaurer un climat de solidarité  au sein de l’équipe qui lui a permis de dominer aisément la phase de  poules, terminant leader du groupe C avec un parcours sans-faute, devant le  Sénégal (6 pts). Face à la Tanzanie, Belmadi a confirmé ses qualités de technicien en  procédant à une large revue d’effectif avec l’incorporation de pas moins de  neuf nouveaux joueurs. Résultat : l’Algérie a laminé les «Taïfa stars»  (3-0), grâce notamment à un doublé d’Adam Ounas. Sur les réseaux sociaux, Belmadi a été hissé au rang d’héros national.  Désigné par la Fédération algérienne de football (FAF) en août 2018 pour  reconstruire une sélection qui manquait d’inspiration, «Belmadi a réussi à  en former deux», en référence à celle dite des «titulaires» qui a joué les  deux premiers matchs et l’autre des «remplaçants» qui a dominé la Tanzanie,  peut-on lire dans une publication devenue populaire sur Facebook. Belmadi a réussi à transformer l’état d’esprit des joueurs. Il a su  trouver le point sur lequel il devait s’appuyer pour construire un groupe  solide. Aux entraînements, l’ambiance est au zénith, peut-on constater sur  place. Les remplaçants sont aussi motivés que les titulaires, ce qui a été  d’ailleurs confirmé face à la Tanzanie. «S’il y a quelqu’un à qui je dois tirer chapeau, c’est bien Djamel  Belmadi, il a réussi à ranger la maison. J’ai eu l’occasion de le voir la  semaine dernière, c’est quelqu’un qui maîtrise son sujet. C’est lui la  marque de l’équipe, on le voit sur le banc. Il est excité, il est dans le  jeu et sait ce qu’il fait. Grand respect pour lui», a affirmé l’ancien  attaquant-vedette de l’équipe sénégalais, El-Hadji Diouf.

La Guinée en ligne de mire

Mais pour Belmadi, dont l’ambition sans limite s’est répercutée sur ses  joueurs qui visent tout simplement la succession du Cameroun au palmarès de  l’épreuve, «notre objectif n’était pas de gagner nos matchs de poule, mais  de remporter le trophée». Pour pouvoir poursuivre leur aventure en terre des «Pharaons», les  coéquipiers du capitaine Riyad Mahrez vont devoir passer l’écueil de la  Guinée en 1/8 de finale, dimanche au stade 30-Juin du Caire (20h00  algériennes). Un adversaire qui ne sourit pas toujours aux «Verts». Belmadi, fin communicateur, devra trouver les mots justes pour remobiliser  ses troupes en vue de ce match à élimination directe où le moindre faux-pas  sera fatal. «S’il y a un travail qui doit se faire, ce sera sur l’aspect  psychologique», a-t-il indiqué en substance. Sur le plan des statistiques, les «Verts» restent sur une série de neuf  matchs sans la moindre défaite, ce qui n’était plus arrivé depuis  longtemps. Le sélectionneur national est en train de réussir son pari de fort belle  manière, permettant notamment à l’Algérie de rééditer l’exploit jamais  égalé de le CAN-1990 disputée et remportée à domicile, avec ces trois  victoires de suite au premier tour, en attendant de soulever le trophée. D’ici là, beaucoup de chemin reste à parcourir pour voir les «Verts»  refaire le coup de leurs aînés, vainqueurs du seul et unique trophée de  l’Algérie en 1990.

Source : ouestribune-dz

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here