Tebboune  décide de fermer l’espace aérien de l’Algérie aux avions militaires et civils marocains

Algérie –Ce mercredi 22 septembre 2021, le Haut conseil de sécurité (HCS) a pris de nouvelles mesures contre le royaume du Maroc . Il s’agit là, de la deuxième importante décision après celle du 24 août passé. Découvrons a travers cet article les raisons de cette nouvelle mesures de l’Algérie envers le royaume du Maroc.

La tension diplomatique entre les deux pays voisin ne trouvera pas une solution de si vite. En effet, ce mercredi 22 septembre 2021, réuni sous la présidence du président de la République Abdelmadjid Tebboune, le Haut conseil de sécurité a discuté des derniers développements aux frontières avec le Maroc, selon un communiqué de la Présidence algérienne publié à l’issue de la réunion. Le HCS a accusé le Maroc de « poursuivre ses provocations » et ses « actes hostiles » à l’égard de l’Algérie et a pris la décision de « fermer l’espace aérien algérien aux avions civils et militaires marocains », et tous les avions immatriculés au Notons que cette décision est  entré en vigueur depuis ce mercredi 22 septembre, a précisé le communiqué de la présidence algérienne.

Lire cet article  L'Algérie, puissance navale qui domine la France

Le 24 août, l’Algérie a annoncé avoir décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc, après une série d’« actes hostiles » de la part du royaume. L’annonce a été faite par le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra qui a justifié cette décision rare dans les relations internationales par le soutien public apporté par le Maroc à un mouvement séparatiste en Algérie, l’affaire d’espionnage Pegasus du nom du logiciel israélien développé par la société NSO ainsi que la volonté affichée par Rabat d’entraîner son nouvel allié, Israël, dans une « aventure dangereuse » au Maghreb.

Cependant, soulignons que la raison principale derrière la rupture des relations entre les deux pays est le soutien apporté par le Maroc au Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), qui est classé « organisation terroriste » en Algérie, a expliqué Ramtane Lamamra dans un entretien accordé à la chaîne CNN, mardi. Le 14 juillet, le représentant marocain à l’ONU, Omar Hilale, a remis aux Etats membres du mouvement des Non-alignés une note dans laquelle il proclamait le soutien de son pays au droit à l’autodétermination du « vaillant peuple kabyle ». En réaction, l’Algérie a dénoncé une « dérive dangereuse », et rappelé son ambassadeur à Rabat, tout en menaçant d’aller loin, en cas de refus du Maroc de fournir des explications. Le Maroc n’a pas répondu à la demande d’explications fournies par l’Algérie. Au contraire, dans un discours prononcé le 31 juillet, le roi du Maroc Mohamed VI a réitéré sa demande de réouverture des frontières terrestres entre les deux pays, qui sont fermées depuis 1994.

Lire cet article  Réaction du ministère de la défense dans l'affaire du sous-marin Israélien

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS