Tebboune limoge un directeur de la culture qui a traité Abane de «traître»

3
Abdelmadjid Tebboune DRS

Le président Abdelmadjid Tebboune a promptement réagi au grave dérapage, ce dimanche, du directeur de la culture de M’sila, Rabah Drif, qui a qualifié l’architecte de la Révolution armée Abane Ramdane de «traître». Dans un long texte publié sur sa page Facebook, Rabah Drif présente ce grand moudjahid comme un «vendu» qui n’avait pas participé au déclenchement de la Guerre de libération nationale et qui n’avait «aucun mérite».

Ce commis très actif sur les réseaux sociaux et qui s’est fait remarquer par ses messages racistes et haineux récurrents vient de recevoir une première «correction» de la part du président de la République en attendant d’être traduit devant la justice.

La décision de la présidence de la République a été accueillie avec beaucoup de satisfaction et de soulagement au sein de la société. «Voilà ce qu’il fallait faire depuis longtemps pour stopper les campagnes racistes, haineuses et violentes pour, justement, sauvegarder l’unité et la cohésion nationales, un geste appréciable mais pas suffisant. Il faudra poursuivre pour toucher tous les autres porte-voix de la division, la haine, la diabolisation, la baltaguia et toutes les voies qui font l’apologie de la violence et de la haine, où qu’elles soient», commente Saïd Salhi, vice-président de la LADDH, sur son mur Facebook.

Lire aussi  Qu’a vraiment dit le président Tebboune au recteur de la Mosquée de Paris ?

Les dérapages de ce genre ont été encouragés par l’impunité dont jouit la surexcitée Naïma Salhi, qui a défrayé la chronique avec ses interventions provocatrices qui portent gravement atteinte à l’unité nationale. Les tentatives de division se sont multipliées ces derniers mois à la faveur des discours bellicistes de l’ancien chef d’état-major de l’armée qui s’en était pris implicitement à la Kabylie dans le but criant de semer la discorde au sein du Mouvement populaire et ainsi le fragiliser. Mais les citoyens ont réagi à ces basses manœuvres en affirmant leur solidarité et leur unité autour de leurs revendications légitimes.

L’absence de réaction de la part des autorités politiques et de la justice, pourtant expéditive quand il s’agit d’incarcérer des citoyens pour port de l’emblème amazigh, a encouragé l’instigatrice de la discorde Naïma Salhi à aller loin dans ses atteintes à l’unité nationale, au point que les nombreuses plaintes déposées contre elles sont restées sans réponse. Sera-t-elle jugée au même titre que Rabah Drif ?

 

3 Commentaires

  1. Décidément !!tous ces scénarios abracadabrants,c est tiré par les cheveux, comment un soit disant sinistre ou ministre peut se permettre de diffamer et de surcroît une personne comme Abane Ramdane Allah Allah yarhamou si ce n est dans une logique similaire à la grosse petasse de naima bitch el ma,le dessein est le même, c est la provoc et la fitna envers les kabyles,ensuite le zhéro Eteboun tel un Zorro le zéro débarque pour retablir l l’ordre et la justice,.Mais le commun des mortels aura compris le manège de une pierre, deux coups. décidément ils ont du faire l l’ecole du rire.eteboune veut se faire une virginité,alors que c est un ancienne prostituée.
    Libérez Tabbou,Boumala et tous les otages d opinion !!!!

  2. Qui sème le vent récolte la tempête, ils ont voulu jouer sur cette division pour briser le hirak et maintenant cette politique ce retourne contre eux alors qu’ils sont revenus au pouvoir.
    Ils ont ouvert la boite à pont d,or en quelques semaines que même les colonisateurs n’ont pas plus ouvrir pendant 132 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici