TEBBOUNE RECEVRA MARDI PROCHAIN DES RESPONSABLES DES MÉDIAS PUBLICS ET PRIVÉS : Une occasion pour éclairer l’opinion publique

0

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune recevra, mardi prochain, au siège de la présidence de la République, une délégation de directeurs et responsables de médias publics et privés, a indiqué jeudi un communiqué de la présidence de la République.

Cette rencontre « sera une occasion pour éclairer l’opinion publique nationale sur les questions de l’heure au double plan interne et externe », a précisé le communiqué. S’inscrivant dans le cadre des engagements du Président de la République d’organiser des rencontres périodiques avec les médias, cette audience sera suivie par d’autres entretiens avec des journalistes et des responsables d’organes de presse, a conclu le communiqué. La rencontre de Tebboune avec les représentants des médias nationaux, est considérée comme étant une suite à celles organisées avec les personnalités nationales.

Lire aussi  Ammar Belhimer. Ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement : «Le hirak a évité au pays un effondrement annoncé»

D’où le Chef de l’Etat a consulté à ce jour huit personnalités sur la situation globale que connaît l’Algérie, à savoir : Abdelaziz Rahabi, Ahmed Benbitour, Mouloud Hamrouche, Ahmed Taleb El Ibrahimi, Sofiane Djilali, Karim Younes, Youcef El Khatib ainsi que Abderrezak Kissoum. Les communiqués de la Présidence, après chaque réunion, indiquent qu’il s’agit de  » mesures politiques nécessaires pour instaurer la confiance et renforcer le dialogue pour établir un front intérieur cohérent « . Cela se manifeste par la disparition de l’aliénation qui existait entre la première institution constitutionnelle du pays représentée par la présidence de la République, et les différentes parties. Des observateurs estiment que le président Tebboune a démontré, à ce jour, qu’il s’appuie sur le principe de  » la divulgation « , d’où des consultations se sont menées, initialement, avec des idéologies radicales d’opposition pour écouter leurs idées. Considérant que cela est nécessaire dans le projet de l’édification de l’État, et que les élites ont le droit d’exprimer leur opinion vis-à-vis ce sujet. Les mêmes analystes ont précisé, en effet, que le pouvoir a compris aujourd’hui que le dialogue n’est pas de donner aux opposants un doux pouvoir, mais plutôt de persuader le peuple- à travers eux- de bonne foi d’incarner le changement que le Hirak aspire.

Lire aussi  Épidémie de coronavirus : L’angoisse gagne la planète

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici