Tébessa: les dessous des violences à l’usine « Youkous » qui ont causé 11 blessés

0

La population de la commune de Hammamet sise à 15 kilomètres de la ville de Tebessa a vécu, aujourd’hui 28 avril, de graves scènes de violence qui ont fait 11 blessés dont au moins 5 par balles suite à un différend entre les habitants de la localité et la direction de l’usine d’eau privée « Youkous ». Pour défendre l’usine, les propriétaires ont tiré par balles réelles.

 

Le bilan communiqué par les autorités sanitaires pour le moment fait état de 11 blessés. Selon la même source, « un garçon de 11 ans est touché par balle dans le ventre, et c’est suite à cela qu’il est évacué vers l’hôpital de Annaba ».

Selon les premiers témoignages collectés sur place auprès des citoyens, « l’incident a commencé lorsqu’une délégation locale est allée voir le président de l’Assemblée Populaire Communale (APC), pour lui signaler que la pénurie d’eau qui perdure dans la commune est causée par l’implantation de l’unité de mise en bouteille », nous raconte un des habitants précisant que « des membres de la famille et des proches du propriétaire de l’usine ayant reçu cette information, se sont déplacés au siège de l’APC munis d’armes blanches, et ont agressé les protestataires qui n’ont pas eu de solutions de la part du président d’APC ». 

Mais selon Zoheir Menacer, élu de la l’APC, « Les habitants sont venus se plaindre auprès de Président d’APC sur le traitement des sources entamé par la société. Les habitants dénoncent la pollution de l’eau utilisée pour arroser leurs arbres ». Le membre de l’assemblée communale précise que « la production dans cette usine est à l’arrêt depuis plus de 10 jours, car l’eau dégage une odeur et sa commercialisation est suspendue jusqu’à la décontamination de la source ».

contamination

Des sources proches de la direction de l’usine nous indiquent que « l’affaire remonte à la semaine dernière, lorsque la direction a fait appel à une entreprise spécialisée en hygiène pour diagnostiquer et trouver l’origine d’une contamination qui a touché le produit », tout en précisant « qu’après une inspection de l’usine, il s’est avéré que la contamination provient des fosses sceptiques des maisons implantées illicitement sur le terrain appartenant à l’usine ».

Alors que les pourparlers étaient en cours entre les habitants avec le président de l’APC en présence du chef de Daira de Bir Mokadem, « un camion chargé d’eau minérale appartenant à la société « Youkous » sortait de l’usine pour faire la livraison, les habitants présents devant le siège de l’APC l’ont intercepté et empêché de poursuivre son chemin. Bloqué, le chauffeur a alerté sa direction », raconte Zoheir Menacer.

« Attaque »

Selon les mêmes sources, « des hommes armés venus d’une autre région de la wilaya sont venus spécialement en renfort pour défendre l’entreprise et libérer le camion pris en otage ».

Ces hommes se sont pris directement à la foule présente devant l’APC. Face à cette « attaque », les habitants appuyés par les riverains ont riposté aux individus armés, qui se sont repliés dans l’usine. Dépassés, les propriétaires de l’usine ont ouvert le feu sur la foule ». Ces tirs ont causé la blessure de 11 personnes.

Alors que l’information s’est rapidement propagée, plusieurs habitants de la localité se sont précipités sur les lieux et ont mis feu à l’usine malgré l’intervention de la gendarmerie nationale qui n’a pas réussi à calmer les esprits et maitriser la situation.

Rivalité

Selon nos sources, plusieurs interpellations ont eu lieu par les éléments de la gendarmerie nationale, dont celle du patron de l’usine Baaloudj A.

Mais selon des sources bien renseignées dans la région, « il s’agit d’une grande manipulation qui remonte aux dernières élections sénatoriales ». Selon la même source, « Quelques habitants seraient manipulés par le sénateur Ghali Moumen qui est entrain de construire une usine d’eau entre Tebessa et Hammamet ».

« La rivalité entre le sénateur qui devait diriger la campagne de Bouteflika dans la région et Baaloudj Abdessetar, un des propriétaires de l’usine remonte aux dernières élections sénatoriales. Le propriétaire de l’usine voulait être le sénateur de la wilaya, mais il a été disqualifié de la course à cause du rejet de son dossier », conclut la même source. Nous avons essayé de contacter les deux éventuels protagonistes, mais nous n’avons pas réussi à les joindre.

En cette fin de journée, plusieurs sages de la région tentent de former une commission afin de calmer les esprits des manifestants, qui ont réduit en cendre l’usine et tout le matériel qui se trouvait sur les lieux.

Source : inter-lignes

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here