Terrorisme et extremisme : l’Algérie plaide pour l’adoption d’une approche globale

Algérie –Le ministre des affaires étrangères, Ramtane Lamamra a laissé entendre lors d’une visio-conférence organisée par le conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine (CPS) sur “la lutte contre le terrorisme et l’extremisme violent en Afrique que l’Algérie, “plaide pour l’adoption d’une approche globale”.

“Face à cette menace croissante qu’est le terrorisme, nous ne pouvons en effet surestimer l’importance d’une approche globale qui va au-delà de la dimension sécuritaire pour s’attaquer aux facteurs structurels de la radicalisation et de l’extrémisme violent”, déclare Lamamra lors de son intervention à la réunion du CPS, présidée ce mois-ci par l’Egypte.

Poursuivant : “L’Algérie a toujours plaidé pour la nécessité de renforcer la coopération aux niveaux régional et international pour inverser la déstabilisation causée par le terrorisme et l’extrémisme violent”. Lamamra a, par ailleurs, saisi l’occasion pour souligner quelques points clés tirés principalement de la propre expérience de l’Algérie en matière de lutte contre le terrorisme. “S’il faut tirer une leçon de l’expérience algérienne, c’est que chaque fois qu’une réponse militaire est nécessaire, elle doit être associée à un large éventail de mesures pour s’attaquer aux causes sous-jacentes”, dit-il ajoutant que “cette combinaison de mesures a fourni la clé pour vaincre la menace terroriste et tarir toutes ses sources”.

Lire aussi :
Kadhafi candidat à la prochaine présidentielle libyenne

“Comprendre le contexte et les antécédents d’une nation reste une condition préalable à l’élaboration réussie de stratégies de lutte contre le terrorisme”, a-t-il ajouté dans ce sens.

L’Algérie continuera à renforcer son engagement avec la région sahélo-saharienne

Dans le même sillage, le chef de la diplomatie algérienne a souligné que : “l’Algérie continuera à renforcer son engagement avec les pays de la région sahélo-saharienne à travers divers mécanismes de coopération dans le but d’améliorer la coopération en matière de sécurité entre les pays concernés. Et ce, par une coordination et des mesures renforcées de contrôle aux frontières, ainsi que par la formation et le partage de renseignements et d’équipements”.

Lire aussi :
Des djihadistes présumés font au moins 20 morts dans le nord du pays Burkina Faso

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL