in

Tizi Ouzou : Sévère “réquisitoire” contre l’exécutif

La première session s’est tenue hier, dimanche, avec à l’ordre du jour, un débat sur l’exécution des délibérations, le bilan d’activités du wali, des discussions engagées sur la situation des projets structurants dont a bénéficié la wilaya.

Par Roza Drik :

Dans son discours d’ouverture de la session, le P/APW “Nous entamons l’année 2018 avec bien des regrets que d’espoir”, lancera, le P/APW pour qui le rythme de développement que connait la wilaya “ s’éloigne de plus en plus de la cadence sensée lui permettre de créer une croissance durable. “ Les indicateurs nécessaires à la réalisation de cette croissance ne sont pas au rendez- vous, selon le P/APAW qui parle d’ “Une absence totale de l’investissement productif, d’une bureaucratie suffocante, un chômage en expansion, permanente, des communes livrées à elles-mêmes, désengagement quant au rôle de l’État de garantir l’accès des citoyens aux besoins élémentaires de la vie, crise du logement, retard dans la réalisation des équipements publics et gèle d’un nombre important de projets structurants “, s’alarme le P/APW qui juge mitigé le bilan d’activités de la wilaya du fait de la faiblesse de la faiblesse du taux de consommation des crédits de paiement des différents programmes, à savoir les PSD qui dépassent un taux a deux chiffres en dessous de la moyenne de 33% en 2016, et les CP dont le taux de consommation en 2017, est de 50%. Un jugement qui est loin de plaire au wali qui aura cette formule ironique : “J’ai l’impression d’être dans un désert”, dira M. Boudarbali, rejetant l’accusation de discrimination de la part de l’État en terme de dotation budgétaires dont ferait la wilaya de Tazi Ouzou, qui souligner- t-il, subit les mêmes contrecoups de la crise financière que connait le pays que les autres wilayas qui connaissent, elles aussi, le même problème de gèle de projets. Certains viennent d’être, d’ailleurs, relancés, indique-t-on. Et d’ajouter que « trois secteurs sont concernés par ce dégèle à savoir l’éducation, de la santé et de l’eau. A signaler qu’avant le début des travaux de la session dans une déclaration rendue publique, le chef du groupe RCD s’est montré très critique à l’égard du wali et du groupe FFS. Une majorité accusée de débuter “ sa mandature par des violations en série de réglementation “, Les élus du RCD fondent leurs critiques sur la nomination de cinq viceprésidents de l’APW au lieu de trois, la non-conformité du règlement intérieur aux dispositions réglementaires en vigueur. A cela s’ajoute le faite, les plaint le RCD de ne pas être consulté lors de la constitution des commissions dont il conteste le dosage et la composante. Une démarche qui répond, à des considérations “ clientélistes et gestion des subventions “. Le RCD a indiqué que la chambre administrative a été saisie contre le wali et les services de la DRAG accusés de “s’accommoder de la violation de la loi” et de cautionner les dérives anti réglementaires du P/APAW et de sa majorité. Accusations que le chef de l’exécutif de la wilaya comme le président de l’APW considèrent infondées. Attendons que la justice se fasse “, rétorquera sèchement le wali aux élus du RCD.

Source : tribunelecteurs

tribunelecteurs

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *