25 morts et 1047 blessés sur les routes en une semaine

0

Vingt-cinq (25) personnes ont trouvé la mort et 1047 autres ont été blessées dans 968 accidents de la route survenus durant la période allant du 17 au 23 novembre en cours à travers le territoire national, indique mardi un bilan de la Protection civile.
Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Bouira où 5 personnes sont décédées et 33 autres ont été blessées, précise la même source. Durant la même période, les unités d’intervention de la Protection civile ont enregistré 22 230 appels de secours pour répondre aux appels de détresse émis par des citoyens, suite à des accidents de la circulation, accidents domestiques, évacuations sanitaires, extinctions d’incendies et assistances diverses. Concernant les secours à personnes, les unités de la Protection civile ont effectué 14 203 interventions qui ont permis la prise en charge de 1 470 blessés traités par les secours médicalisés sur les lieux d’accidents et l’évacuation de 12 616 malades vers les structures sanitaires. Les équipes de secours de la Protection civile ont procédé, en outre, à 823 interventions pour l’exti nction de 488 incendies urbains, industriels et autres.

Une peine de 7 ans de prison ferme requise contre l’ex-directeur de l’Agence foncière de Bir El-Djir (Oran)
Le procureur de la République près le tribunal correctionnel d’Oran, sis à cité « Djamel », a requis, mardi, une peine de 7 ans de prison ferme assortie d’une amende de 500.000 DA à l’encontre de l’ex-directeur de l’Agence foncière de la commune de Bir El-Djir, le nommé B.B, poursuivi pour faux et usage de faux, escroquerie et abus de fonction. Cette affaire est jugée en appel introduit par l’accusé suite à un premier verdict de 5 ans de prison ferme prononcé à son encontre par le même tribunal en janvier 2017. Selon les faits relatés durant l’audience, l’affaire remonte à 2010 lorsque le propriétaire d’un terrain sis à Bir El-Djir, sur lequel il avait édifié une usine, a été notifié d’un avis d’expulsion. Le même jour, les services de l »APC de Bir El-Djir accompagnés d’éléments de la Gendarmerie nationale se sont rendus sur les lieux pour exécuter la décision d’expulsion. Le propriétaire de l’usine a présenté aux responsables de l’APC et aux forces de l’ordre tous les documents attestant l’achat en 2004 du terrain s’étendant sur 2.000 mètres carrés. Partant de ces faits, les éléments de la Gendarmerie nationale ont déclenché une enquête et une plainte a été déposée pour la récupération du terrain, qui s’est avéré relevant de la propriété de la commune de Bir El-Djir. En 2012 et après une série d’enquêtes préliminaires, de nombreuses anomalies ont été décelées dans le dossier en relation avec le terrain. Les documents présentés par le propriétaire de l’usine mentionnaient, entre autres, une délibération falsifiée de l’APC de Bir El-Djir remontant à juillet 1997 concernant le terrain en question et signée par l’ex-directeur de l’Agence foncière incriminée, qui fut placé en détention et condamné le tribunal correctionnel à 5 ans de prison ferme. Le nouveau verdict dans cette affaire, mis en délibéré, sera prononcé le 10 décembre prochain, a-t-on annoncé.

Lire aussi  La Constitution devra passer par un référendum : vers un 12 décembre bis ?

Un mort et 12 blessés dans un accident de la route à M’sila
Une personne est décédée et 12 autres ont été blessées dans un accident de la route survenu lundi en fin d’après-midi sur la route nationale 60 à Hammam Delaa dans la wilaya de M’sila, a-t-on appris auprès de la Direction de la Protection civile. L’accident s’est produit suite à une collision entre un véhicule touristique et un bus de transport universitaire, a-t-on précisé à la cellule de communication de la Protection civile. Les blessés ont été transférés à la clinique de la commune Hammam Delaa, a indiqué la même source, signalant qu’une enquête à été ouverte afin de déterminer les causes de l’accident.

Tenue du 1er salon des produits de terroir du 28 novembre au 1er décembre à Alger
Le premier salon des produits de terroir se tiendra, du 28 novembre au 1er décembre prochain à Alger, avec la participation de quelque 150 exposants et producteurs issus de différentes filières agricoles, ont annoncé, mardi à Alger, les organisateurs de cet évènement. Organisé par la Chambre nationale de l’agriculture, ce salon vise à promouvoir les produits de terroir et faire connaitre certains d’entre eux encore méconnus, a indiqué le président de la Chambre nationale de l’agriculture, Doubbi Bounoua Ladjel, lors d’une conférence de presse. Pour sa part, le vice-président du Conseil professionnel des dattes, Kheireddine El Mouaiz, a souligné que cet événement constituait une opportunité pour les professionnels (producteurs, transformateurs et exportateurs) pour faire connaitre les différentes variétés de dattes, dont le nombre avoisine les 490. Quant au président du Conseil professionnel des plantes aromatiques-médicinales, Menouar Zidane, il a souligné que cette manifestation économique permettra aux producteurs opérant dans cette filière de développer des contacts avec les professionnels et les visiteurs. À noter que cette première édition du salon des produits de terroir est dédiée à la filière dattes avec la présence des producteurs de dattes, issus de 16 wilayas dont, Adrar, Ouargla, Biskra et El-Oued. Placé sous le thème « du producteur au consommateur », ce salon verra la participation des représentants de l’ensemble des chambres d’agriculture, ainsi qu’une quarantaine d’associations activant dans le secteur agricole. Parallèlement à l’exposition des produits à base de plantes aromatiques-médicinales, des rencontres-débats en rapport avec la thématique de la valorisation de cette filière sont au programme de l’événement.

Lire aussi  Une militante marocaine explique l’imminence d’une explosion sociale

Vol de diamants d’une valeur «inestimable» dans un musée allemand
Trois parures de diamants et rubis d’une «valeur inestimable» ont été volés lundi matin dans un musée de Dresde en Allemagne, a annoncé sa directrice, Marion Ackermann à des médias. Au moins deux cambrioleurs sont parvenus lundi peu avant 05H00 du matin à s’introduire dans ce musée pour y dérober ces trois parures datant du XVIIIe siècle, avant de prendre la fuite, ont indiqué les enquêteurs lors d’une conférence de presse.
Les bijoux faisaient partie du musée dit Grünes Gewölbe («Voûte verte»), situé dans un château de la ville et qui renferme l’une des plus importantes collections de trésors en Europe La directrice n’a pu fournir d’estimation chiffrée du préjudice. «Nous ne pouvons pas les réduire à une valeur car elles ne sont pas à vendre», a expliqué Mme Ackermann, ajoutant toutefois que la valeur historique et culturelle des trois parures était «inestimable».
Un autre responsable des musées de la ville a indiqué que les parures dérobées faisaient «partie du patrimoine culturel mondial». Construit au XVIe siècle, le musée est réputé posséder une des plus importantes collections de bijoux anciens en Europe.
Il possède en effet des pièces uniques en orfèvrerie, des pierres précieuses, de la porcelaine, des sculptures d’ivoire ou d’ambre, des bronzes ou des récipients sertis de pierreries. Une partie du musée, un des plus anciens d’Europe, a été détruite durant la Seconde Guerre mondiale lors du bombardement allié du 13 février 1945, avant d’être reconstruite.
L’Armée rouge avait mis la main sur une partie des œuvres, emportées en Union soviétique, avant d’être rapatriées en 1958 à Dresde, une des principales villes de RDA.

Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici