65 cas de méningite virale décelés depuis le début du mois de mai à Ghardaïa

0

Soixante-cinq cas de méningite virale ont été diagnostiqués dans la wilaya de Ghardaïa depuis le début du mois de mai dernier, a-t-on appris mardi auprès de la direction de la Santé et de la Population (DSP). «Tous les cas de méningite enregistrés depuis le début du mois de mai à ce jour à travers les différentes localités de la wilaya, sont considérés comme des cas bénins, isolés et ne suscitent aucune inquiétude», a déclaré, à l’APS, le DSP, Ameur Benaïssa, précisant que les personnes atteintes ont bénéficié des soins médicaux appropriés dans les différentes structures hospitalières de la wilaya. Pour un maximum d’efficacité, une équipe médicale du service d’épidémiologie a été dépêchée pour effectuer des recherches sur l’origine et les causes de cette pathologie virale bénigne et prendre les mesures supplémentaires, si nécessaire, a-t-il indiqué. L’ensemble des personnes affectées par cette infection ont subi les analyses biologiques nécessaires et ont répondu favorablement aux traitements prodigués par les praticiens traitants, a ajouté le DSP. Un dispositif de redynamisation de la surveillance épidémiologique et l’action contre toutes les formes de méningite, axée sur la détection, la déclaration immédiate, la riposte et l’endiguement rapide de la méningite, a été mis en place à travers l’ensemble des structures sanitaires et autres cabinets médicaux, a-t-il aussi fait savoir. Des opérations de sensibilisation de proximité ont été lancées dans les différents quartiers de la wilaya, à travers les mosquées et la radio locale, en plus de la distribution de dépliants sur l’impératif du maintien d’un niveau d’alerte permanent pour éviter la propagation de cette pathologie. Plusieurs praticiens locaux estiment que «la vaccination reste toujours l’élément essentiel des soins de santé primaire et de la couverture sanitaire’’, et que «la présence à Ghardaïa de migrants clandestins sans documents de santé risque d’aggraver la situation sanitaire dans la région’’. La méningite est une infection des tissus qui enveloppent le cerveau, appelés les méninges. Elle peut être provoquée par un virus, sous sa forme bénigne qui nécessite seulement un traitement symptomatique, mais aussi par des bactéries qui provoquent des formes graves et contagieuses de la maladie.On peut contracter la méningite par un contact avec une personne infectée, un voyage dans un pays tropical, ou tout simplement après une infection locale, respiratoire ou ORL, indique-t-on dans les milieux de la santé.

Mise en échec d’une tentative d’immigration clandestine à Tipasa
Une tentative d’immigration clandestine de dix personnes à partir de la plage de Sidi Ghiles (Ouest de Tipasa) a été mise en échec, mardi à l’aube par les services de la police judiciaire de la sûreté urbaine de Sidi Ghiles, a-t-on appris auprès de sources relevant de la sûreté de wilaya. Il s’agit de 10 jeunes, âgés entre 20 et 40 ans, activant dans un réseau de traite d’êtres humains, en les aidant à passer illégalement vers l’autre rive de la Méditerranée, à partir des côtes de Tipasa, dont particulièrement les plages d’El Beldj (Chenoua), Cherchell, Sidi Ghiles, Hadjeret Ennos, Gouraya, Damous et Messelmoune, a-t-on ajouté de même source. Cette opération a été rendue possible grâce à l’exploitation d’informations ayant permis, selon la même source, l’interpellation, aux environs de 3h00 du matin, des jeunes en question en flagrant délit de tentative d’immigration illégale, à bord d’une petite embarcation de pêche au niveau d’une plage à Sidi Ghiles. Trois parmi ces jeunes ont été arrêtés, sur place, avant l’interpellation du reste de la bande, au nombre de sept, après d’intenses recherches, avec la saisie de leur embarcation, du moteur, et du nécessaire du voyage, qu’ils s’aprêtaient à embarquer avec eux. Les mis en cause, dans cette opération, seront présentés, dans les deux prochains jours, devant le parquet de Cherchell, pour les chefs d’inculpation de «constitution d’un réseau de traite de personnes», et «tentative d’immigration clandestine», est-il signalé de même source.

Lire aussi  Confidentiel: Chiheb Seddik au secours de son collègue Benhamadi

Saisie de 16 tonnes de cocaïne sur un bateau à Philadelphie
Les autorités fédérales américaines ont annoncé mardi avoir saisi environ 16 tonnes de cocaïne sur un bateau dans le port de Philadelphie, sur la rivière Delaware. «C’est l’une des plus importantes saisies de stupéfiants de l’histoire des États-Unis», a indiqué le procureur fédéral de Philadelphie, William McSwain. «Une telle quantité de cocaïne pourrait tuer des millions de personnes», a-t-il tweeté. La cocaïne avait une valeur marchande de plus d’un milliard de dollars, selon le bureau du procureur. Des membres de l’équipage du bateau ont été arrêtés et inculpés, et une vaste enquête est en cours. La drogue a été découverte dans sept conteneurs qui se trouvaient sur un cargo, le MSC Gayane, en partance pour l’Europe, qui avaient fait auparavant étape au Chili, au Panama et aux Bahamas, selon plusieurs médias locaux.

Décès d’un enfant écrasé par un tracteur à Draâ El Mizan (Tizi-Ouzou)
Un enfant de trois (3) ans est décédé mardi à Draâ El Mizan à 42 km au Sud-ouest de Tizi-Ouzou, après avoir été écrasé par un tracteur à Chenille, a indiqué mercredi la Protection civile. Ce drame s’est produit dans la matinée au village Draâ Sachem. «Les informations recueillies sur place rapportent qu’il y avait des enfants qui jouaient sur le tracteur stationné sur une pente. L’engin a démarré en écrasant un enfant qui se trouvait en dessous», selon la même source. Les éléments de la Protection civile de l’unité de Draâ El Mizan sont intervenus pour dégager le corps sans vie de l’enfant sous le tracteur et le déposer à la morgue de l’hôpital de cette même ville, a-t-on ajouté.

Cinq condamnations à 8 ans de prison pour trafic de drogue à Oran
Le tribunal criminel de première instance d’Oran a prononcé, mardi, cinq condamnations à huit années de prison ferme à l’encontre de cinq individus, impliqués dans un réseau de trafic de stupéfiants activant à Sidi Bel-Abbès et dans une affaire de trafic de 44 kilos de kif traité. Auparavant, la représentante du ministère public a requis une peine de 20 ans de réclusion contre les cinq prévenus, mettant en relief le flagrant délit et les aveux faits par les accusés lors de l’enquête. Les faits de cette affaire remontent à octobre 2016, lorsque les services de la Gendarmerie nationale de la wilaya de Tlemcen ont reçu des informations faisant état du transport d’une quantité de kif traité en provenance des frontières ouest à bord d’un véhicule aménagé. Les enquêteurs ont réussi à connaître la marque du véhicule, son matricule et, surtout, le nom du conducteur. Ainsi, au niveau de la localité de Mansourah, non loin de la ville de Tlemcen, les gendarmes ont arrêté le véhicule en question qui était conduit par un certain J.H. La fouille minutieuse du véhicule a permis aux gendarmes de découvrir une quantité de 44 kilos de kif traité dissimulés sous du matériel de plomberie. J.Hichem et B.B, son accompagnateur, tous deux plombiers résidant à Sidi Bel-Abbès, ont été arrêtés et interrogés. J.H a avoué avoir été chargé de transporter la marchandise prohibée pour le compte d’un commerçant, résidant à Sidi Bel-Abbès. Au total, ce sont cinq individus qui ont été impliqués dans cette affaire. Lors de l’instruction, les cinq individus ont été inculpés de détention, transport et mise en vente de stupéfiants en bande organisée.
Lors du procès, J.H et B.F ont reconnu les faits, mais ont tenté de décharger les trois autres complices. Ces derniers ont nié avoir une quelconque relation avec cette affaire. Les avocats de B.F et J.H ont plaidé les circonstances atténuantes, alors que la défense des trois autres accusés a demandé l’acquittement pour «absence de preuves». À l’issue des délibérations, le tribunal criminel a déclaré les accusés coupables et les a condamnés à huit ans de prison ferme chacun.

Lire aussi  Exclusif. Justice algérienne : scandaleux traitement de faveur accordé à la femme du président du Conseil Constitutionnel

Le 10e salon du lycéen et de l’étudiant algérien du 4 au 9 juillet à Alger, Oran et Constantine
La 10ème édition du salon du lycéen et de l’étudiant algérien se tiendra du 4 au 9 juillet prochain, simultanément, à Alger, à Oran et à Constantine sous le thème «Avec ou sans le Bac tu es gagnant», ont annoncé les organisateurs. «Le Salon du lycéen et de l’étudiant algérien +The Graduate Fair+, qui se trouve à sa 10ème édition, aura lieu du 04 au 09 juillet prochain respectivement à l’école supérieure d’hôtellerie et de restauration d’Algerie (ESHRA) à Oran, au Palais de la culture Moufdi Zakaria à Alger et à l’hôtel Novotel à Constantine», ont-ils indiqué dans un communiqué, soulignant que «ce rendez-vous exceptionnel se veut un espace à la fois convivial et professionnel». Cet évènement devrait permettre «la rencontre d’un très large éventail d’acteurs de la formation (écoles supérieures, universités publiques et privées algériennes et étrangères, écoles de formation professionnelle et écoles de langues…) et un public d’apprenants toutes spécialités et niveaux confondus (élèves, parents d’élèves, étudiants, salariés… qu’ils soient à la recherche de formations supérieures ou professionnelles, ou simplement pour des besoins de conseils, d’orientation ou de reconversion», a-t-on expliqué.
Ce salon est soutenu par «l’Association nationale des parents d’élèves (ANPE), la première université privée algérienne «MDI», le British Council et l’ambassade de France à Alger à travers Campus France Algérie et France Alumni», a-t-on ajouté. Selon la même source, l’INSAG, l’USTHB, l’ENS Koléa, Racus (groupement de 21 universités d’État Russe), l’Université Libre de Tunis et l’Université Centrale de Tunis, le Collège LCI du Canada, France Graduate School et le Groupe Excelia – La Rochelle de France participent également à ce rendez-vous. .

Source : lecourrier-dalgerie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici