Abdallah Djaballah et son parti veulent être la locomotive de l’opposition

0

Par Saïd N. – A l’occasion d’une nouvelle réunion des partis et personnalités regroupés autour de l’Alliance des forces de changement, qui prépare une conférence nationale prévue fin juin, le Front pour la justice et le développement (FJD, El-Adala) d’Abdallah Djaballah s’est, de nouveau, illustré comme le principal porte-voix de cette instance transpartisane qui aspire à rassembler l’ensemble des segments de l’opposition.

Profitant de la faible présence du MSP et de l’absence des autres partis d’envergure comme le FFS, la direction d’El-Adala met les bouchées doubles pour se mettre au-devant de la scène et apparaître comme étant le parti le plus actif et le plus engagé. Mieux, les dirigeants de ce parti se permettent même de tracer la voie à suivre et de dessiner les contours de la feuille de route qui sera soumise pour approbation à la conférence nationale.

Lire aussi  Récupération de 14 véhicules volés à Sétif

C’est ainsi que le porte-parole de ce parti, le député Lakhdar Benkhellaf, a, dans une déclaration à la presse, dimanche, affirmé que les partisans d’une Assemblée constituante ne sont pas concernés par la conférence nationale en perspective, au motif que l’Alliance des forces de changement s’oppose, d’ors et déjà, à toute discussion autour des questions identitaires ou des «constantes nationales», dès lors que la crise se limite, selon lui, à la corruption et au despotisme. C’est pourquoi, dit-il : «Des partis comme le PT ou le PST, qui revendiquent la mise en place d’une Assemblée constituante, sont d’entrée refusés.»

Dans la même optique, Abdallah Djaballah explique dans un entretien au quotidien El-Khabar les «méfaits» de l’Assemblée constituante, en soutenant qu’un tel projet risque de remettre en cause les référents idéologiques de l’Etat algérien, en tête desquels la Déclaration du 1er Novembre et aussi les «constantes» comme l’islam et la langue arabe.

Lire aussi  Ahmed Gaïd Salah, le protecteur répressif

Pour lui, il n’y a pas assez de garde-fous dans une Assemblée constituante qui puissent épargner au pays des schismes idéologiques susceptibles de menacer la cohésion nationale.

S. N.

Source : algeriepatriotique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici