Abdelaziz Bouteflika devant la justice

14

Algérie – Depuis qu’il a été dépossédé de son cinquième mandant en avril dernier, Abdelaziz Bouteflika a vu nombre de ses ministres, directeurs, et hauts cadres défiler devant la justice à un rythme effréné. Cependant, il manque à cette liste l’élément principal, tenu pour le premier responsable de ces graves dépassements : Le président de la République déchu Abdelaziz Bouteflika. Sera-t-il convoqué par la justice ?

Pourquoi la justice n’a-t-elle pas auditionné le président de la République ? Compte tenu des rapports qu’ils recevaient mensuellement, des décrets et des arrêtés qu’il n’a cessé de signer, l’ex-chef de l’État a son témoignage à apporter. Et beaucoup de révélations à faire. Des vérités qui pourraient certainement aider le corps judiciaire à bien mener ses enquêtes et à travailler avec aise.

Le tour de Bouteflika viendra-t-il ?

Plusieurs questions sont posées à propos de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika. Où se trouve-t-il actuellement ? Pourquoi le pouvoir militaire entretient-il le secret sur sa personne ? L’institution militaire le protège-t-elle ? Toutes suscitent la curiosité des médias et de l’opinion publique.

Lire aussi  Indisponibilité de l’Internet : les citoyens crient à l’escroquerie

La semaine passée, plusieurs médias algériens avaient rapporté que « le général Gaid Salah rendait régulièrement visite au président déchu ». Une information qui a fait grand bruit en Algérie. Certains observateurs soupçonnent « une mise en scène écrite depuis le début ». Et à travers laquelle « les clans du régime auraient trouvé un terrain d’entente ».

La justice n’a épargné aucun ministre, PDG, directeur, chef de cabinet, secrétaire général, chef de parti, responsable de la sûreté, concessionnaire, et autres cadres de l’État. Tout d’abord, c’est Saïd Bouteflika, ex-conseiller et frère du président déchu, qui a été convoqué par la justice, en compagnie de Mohamed Mediène, dit Toufik, ex-chef des renseignements, et de Athame Tartage (ex-coordinateur des services de sécurité). Tous ont été condamnés à 15 ans de prison ferme.

Lire aussi  Un livre paru ce jeudi révèle l’infiltration des Emirats arabes unis en Algérie

Ces ministres en prison pour des affaires de corruption

Le verdict de 15 ans de prison a également été prononcé à l’encontre de Boudjema Boudouar, ex-directeur central des Finances au sein du ministère de la Défense nationale. Ainsi qu’à l’encontre de Menad Nouba, ex-commandant de la Gendarmerie nationale. L’ex-commandant de la 2e région militaire, Said Bey, a, quant à lui, été placé sous mandat de dépôt, tout comme l’ex-directeur général de la Sûreté nationale (DGSN) Abdelghani Hamel.

Les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, sont aussi placés sous mandat de dépôt pour corruption. D’autres ministres font partie de cette liste des ministres sous mandat dépôt. Nous citerons alors : Amara Benyounes, ex-ministre du Commerce, Djamel Ould Abbed, un ancien ministre de la Solidarité nationale, Tayeb Louh, ex-ministre de la Justice, Amar Ghoul, qui a occupé le poste de ministre des Travaux publics puis des Transports.

14 Commentaires

  1. C est vraiment mesquin pour ses justes qui nom aucune personnalité en plus on ne peut même pas croire à leurs jugements vus qu on a la preuve qu il sont corrompu en promesse seulement

  2. S’il peut parler pourquoi pas il est le responsable numéro 1 de la corruption, de la deliquessence de l’État et du marasme économique de l’Algérie après 20 ans de règne.
    S’il ne peut parler, cela.sera du cinéma et toucherait ainsi à la dignité de l’Algérie.

  3. il ne sera jamais traduit devant la Justice…Nous sommes un Etat policier, un Etat totalitaire géré par le meme groupe de personnes qui ont fait le coup d’Etat de 62….Il y va de la réputation des généraux pour éviter que tout s’écroule sur leur tète…

  4. Impotent, et gravement malade
    Il termine comme Lahbib Bourguiba, Robert Mugabé,…..
    Mais la sentence de l’histoire ne sera pas indulgente avec lui,
    Elle sera dure, sans complaisances, ni laxisme, ni courtisanerie, ni clientélisme, ni opportunisme
    Des Institutions, des Banques, Du Fisc, des Fonciers, des Finances,
    Du Commerce Extérieur de l’Import-Import, des compagnies, et sociétés nationales
    Systématiquement, gangrenés par les barons corrupteurs-corrompus
    De la Mafia Politico-Financière,
    Et son Etat Parallèle Profond, Sécuritaire Secret, et Corrompu, partout,
    Complice de la Faillite du Pays

    Le peuple, ses élites, ses intellectuels, et ses fonctionnaires
    Prennent, aussi, une responsabilité (complaisance) d’avoir laissé trop faire, sans réagir
    Jusqu’au stade finale
    “de la chimiothérapie de ses institutions atteintes, gravement,du cancer de la corruption”
    Pour avoir bénéficié de la Distribution de Rente Corruptrice,

  5. A condor : pourtant des gradés de très haut rang sont inculpés.
    Il est possible que M. Bouteflika ne soit pas en mesure de parler ; ça semblait évident les derniers temps de son régne.
    Par contre les témoignages de TOUS les membres de son clan devraient suffire pour établir la vérité. À quoi bon exiber un homme en lambeaux au regard du peuple et du monde ? Pitié pour ceux qui (s)ont perdus.

  6. Bilan 1999 – 2019:
    Plus de 800 milliards de Dollar Dépensés, Dilapidés, Gaspillés, corruptions, surfacturations, faux projets
    Institutions malades de l’Incurie, et de la Corruption Générales, et Systématiques
    Economie déséquilibrée, désorganisée, et gangrenée, en Faillite,
    Finances, Fonciers, Fiscalité bradés, dilapidés, et gaspillés
    Commerce Extérieur monopolisé par les Barons Mafieux corrupteurs de l’Import-Import – Consommations
    Un Peuple Assisté, puis Appauvri
    Ressources, et Richesses du pays dilapidées, gaspillées, et très mal exploitées
    Fuites, et Hémorragies des élites, et des cadres scientifiques, techniques, et technologiques compétents
    Evasions Fiscales, et pertes du Fisc, en Milliards de Dollar, de Droits, d’Impots, et de Taxes Impayés
    Fuites de Capitaux, à l’étranger, en Milliards d’Euro

    Comment pourrait t il faire face, et répondre à ces très lourdes charges ?????,…..
    Est il le seul responsable de cette faillite du pays ?????,…..
    Que le Bon Dieu lui accorde son pardon,

  7. Juger une momie, maintenu en vie comme un légume.
    Que les Algériens sachent que ces soins et son hôpital domestique sont financés intégralement depuis le début par Sonatrach !!!
    Quant au jugement, je pense qu’il paye déjà pas mal. Il faut juste s’occuper de ses frères et sa sœur pour qu’il ne puisse plus se reproduire.

  8. Qu’on restitue l’argent volé et déposé à l’étranger serait la plus grande des réparations vis à vis du peuple .

  9. Vous voulez vous refaire une virginité en mettant sur l l’autel du sacrifice une momie, vos senarios abracadabrantesques restent ridicules et pitoyables, you are
    WaIsting your time, ilak ttnahaw ga3

  10. L’ex président dont je ne veux meme pas prononcer le nom est certes malade et handicapé mais il est selon moi Tout a fait capable de parler et il a toujours la même alacrité Qu’au moment de la visite du Président Hollande. La combine est claire, le quatrième mandat continue et le prochain president aura pour rôle d’effacer l’ardoise pour que tout continue comme avant. Rapellez vous qu’ “Il faut que tout change pour que rien ne change ! ” Cette célèbre réplique du “Guépard”, le film de Visconti inspiré du roman posthume de l’écrivain sicilien Lampedusa. Le même scénario nous est servi. La question est comment en sortir sans casse ?

  11. Tout le monde sait et les magistrats en premier lieu que depuis l’aggravation de son AVC le Président ne gérait plus le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici