Algérie : démission imminente du premier ministre Noureddine Bedoui

2

Le premier ministre Noureddine Bedoui serait sur le point de déposer sa démission, annoncent plusieurs sources médiatiques. Cette décision aurait été prise comme mesure d’apaisement en vers la rue qui ne cesse de demander son départ depuis le début de la révolte populaire.

Cette démission serait aussi un gage de la bonne volonté des décideurs à répondre favorablement aux recommandations du panel de dialogue national. En effet, la commission présidée par Karim Younes a annoncé à plusieurs reprises qu’elle a exigé du pouvoir la démission de Noureddine Bedoui ainsi que de son gouvernement rejeté par les manifestants.

Noureddine Bedoui vestige de l’ère Bouteflika

Ce départ répond aussi aux préalables pour l’organisation des élections présidentielles dans de bonnes conditions, d’autant que le premier ministre a été responsable des échéances électorales par le passé, en tant que ministre de l’intérieur du temps de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika. Son départ a été l’une des principales revendications populaires depuis la démission de l’ex-président président de la République.

Lire aussi  Pourquoi le pouvoir en place s’apprête à sacrifier son pion Belkacem Zeghmati

Nouredinne Bedoui est considéré comme l’un des architectes des élections présidentielles du 04 juillet rejetées par toutes les franges populaires, qui n’ont cessé de manifester leurs refus de toute élection organisée par celui qui a « toujours servi le clan Bouteflika ». En plus d’être illégitime et rejeté par le peuple, le gouvernement Bedoui ne fait plus l’unanimité auprès des décideurs.

Bedoui présente son bilan

Noureddine Bedoui a présenté, hier lundi, les principaux axes des activités du Gouvernement et les plus importantes décisions et mesures prises depuis la nomination du Gouvernement. Ainsi, depuis sa nomination le 31 mars 2019, le Gouvernement a tenu 21 réunions de Gouvernement, 29 réunions interministérielles et 1 réunion du Conseil des participations de l’Etat, lors desquelles il a examiné et approuvé 2 avant-projets de lois relatifs à l’amendement du code de procédure pénale et au règlement budgétaire de l’exercice 2017, ainsi que 48 décrets exécutifs, et 31 projets de marchés de gré à gré au profit des différents services de l’État.

Lire aussi  Contribution - Le successeur du général Gaïd-Salah devra écouter le peuple

Ainsi, la rumeur se confirme de plus en plus sur le départ de Bedoui et son remplacement par une personnalité qui ne s’est pas trop noyée avec l’ex-président de la République. Le nom de Abdelmadjid Tebboune circule avec insistance sans que ce dernier se prononce sur sa probable nomination.

2 Commentaires

  1. Un serviteur des Bouteflika en moins;mais le compte n’est pas;il manque encore a la liste Mr Bensalah;Mr Belaiz;les deux chambre assemblée et sénat,Mr Gaid Salah,Mr Younes,c’est aussi simple comme bonjour,chez les hommes honnète et loyale,c’est aux citoyens de décidé ce n’est aux dictateurs de dicté les lois d’un peuple,qui a connu la guerre depuis son existence

  2. Un flibustier en moins mais comme un mauvais microbe il était déjà en voie d’être mis hors d’état de nuire grâce à Monsieur Gaïd Salah et sa détermination à nettoyer les écuries d’Augias . Le reste comme le marocain Bensalah il faudra juste lui indiquer la direction du Maroc et le laisser rejoindre sa famille .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici