Comment le hirak va-t-il contrer la récupération de la CAN par le pouvoir ?

1
Par Houari A. – La passion des Algériens pour leur équipe nationale de football sera aujourd’hui à son paroxysme avec le match décisif qui opposera les Fennecs aux Super Eagles du Nigeria. Après les images des manifestations de joie qui ont suivi la qualification en demi-finales, on peut imaginer ce que sera l’ambiance qu’il y aurait dans les rues de toutes nos villes, et même en outre-mer, si les Verts se qualifiaient encore cette fois-ci.

Il va de soi que le gouvernement ou le pouvoir, incarné aujourd’hui par l’état-major de l’ANP, tente, aujourd’hui plus que jamais, de «récupérer» l’événement politiquement pour chercher à obtenir un hypothétique «répit» de la rue qui ne cesse, depuis plus de quatre mois, de réclamer son départ.

Lire aussi  Abdelkrim Zéghilèche maintenu en prison : « Une affaire politique sous couvert d’une affaire judiciaire »

Le pouvoir n’attend pas les résultats du match pour agir dans ce sens. Cette idée du «pont aérien» pour transporter des supporters algériens en Egypte à partir des quatre principales villes du pays, et qui devrait être renforcé par l’envoi de six avions militaires en cas de qualification en finale, s’inscrit bien dans ce cadre. Elle a déjà été essayée du temps de Bouteflika, lors du fameux match contre l’Egypte à Oum Dormane en 2009, avec toujours l’appui de l’armée, et a été bien profitable politiquement pour le Président qui voulait, à cette époque, obtenir son troisième mandat en violation de la Constitution.

En face, beaucoup de gens se disent soucieux de ces manœuvres destinées à «dompter» progressivement le hirak, au point que certains en arrivent à souhaiter, au fond d’eux, l’élimination de l’équipe nationale. «Cette attitude défaitiste et par trop naïve ne fera qu’affaiblir l’élan patriotique qui anime le mouvement populaire et renforcer, par-là même, le pouvoir en place et l’aider à se relégitimer», notent des sources proches du mouvement de contestation.

Lire aussi  Analyse. Comment le FFS a évité une nouvelle crise interne

«Au lieu de ruminer une éventuelle défaite de l’équipe nationale de football, n’est-il pas plus judicieux et plus intelligent, de leur part, d’accompagner cette ferveur nationale qui se révèle inextinguible et, pourquoi pas, de penser à l’exploiter à bon escient, c’est-à-dire pour entretenir la flamme du mouvement citoyen ?», s’interrogent nos sources.

H. A.

Source : algeriepatriotique

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici