Contribution – Pourquoi il faut empêcher la mascarade électorale de Gaïd-Salah

11

Quand Gaïd-Salah traite de «résidus du clan» les millions de personnes qui sortent en famille chaque semaine pour dire tout le mal qu’ils pensent de sa démarche criminelle, on voudrait bien savoir à quel titre il ose qualifier ainsi la majorité de la population algérienne.

Sait-il seulement qu’il ne doit le poste à partir duquel il se croit en droit de débiter ses inepties récurrentes qu’au personnage le plus détesté de l’histoire récente de notre pays, à savoir Bouteflika qui l’a choisi, lui spécialement, en raison de ses multiples lacunes en matière de niveau et de moralité ? Se rend-il compte qu’il n’a aucun mandat électif de quelque sorte que ce soit et qu’à ce titre, rien ne l’habilite à s’adresser au peuple algérien qui plus est avec autant de morve et de suffisance ? Notre pays marcherait-il sur la tête pour avoir permis qu’un tel général inculte se soit emparé du pouvoir, d’insulter le peuple avec autant d’aisance ? Sommes-nous tous coupables par notre acceptation d’un état de fait par lequel un militaire qui, de surcroît, devait être admis à la retraite depuis des décennies, arrive sans coup férir au poste le plus élevé de l’Etat ? Avons-nous été tous victimes d’une anesthésie collective ou bien sommes-nous assez veules et lâches pour que n’importe qui – et je reste décent – vienne s’imposer comme notre «guide suprême» ?

N’avons-nous pas favorisé par notre «silmia» et notre mutisme interrompu uniquement deux fois par semaine depuis plus de huit mois, son maintien au pouvoir et le sentiment d’impunité et de superpuissance qu’il semble ressentir aujourd’hui dans sa caserne bunkérisée d’Aïn Naâdja ? Il faudra qu’on réponde un jour à nos enfants et qu’on leur explique comment on en est arrivé là ! S’il s’était agi comme dans d’autres pays d’un général charismatique, distingué et auréolé du titre de vainqueur de batailles épiques, comme le furent en leur temps Pétain, Eisenhower ou Giap, même les autres nations auraient assimilé notre silence à une forme de respect et de reconnaissance pour la bravoure du dirigeant en question. Mais, pour nous, c’est loin d’être le cas, puisque nous avons hérité du pire produit du système maffieux algérien. Ainsi, en guise de batailles qu’il aurait menées en dehors de celles des tables bien garnies et de l’immoralité, notre dictateur n’est familier que dans celles de la prédation et du détournement des biens du peuple.

Lire aussi  DGSN : deux millions d’appels aux numéros verts et de secours durant en 2019

S’agissant de son niveau intellectuel, tout le monde, même ceux qui étaient complaisants au départ, se sont très vite rendu compte qu’il s’agissait d’un analphabète éloigné des standards en la matière pour occuper un poste aussi élevé dans la hiérarchie militaire à l’ère des drones, de l’intelligence artificielle et des rapides développements de la technologie militaire.

Que faut-il faire pour faire entendre raison à ce dictateur ? Devrons-nous aller jusqu’au sacrifice suprême quitte à faire encore couler le sang des Algériens sur leur terre martyre ? N’y a-t-il personne pour lui faire entendre raison et l’amener à se prosterner devant ces millions de personnes qui sont sorties ce 1er Novembre pour lui dire «basta, il y en a marre de tes manœuvres criminelles !» ? Quelqu’un peut-il seulement lui dire que le masque de probité derrière lequel il se dissimulait est définitivement tombé depuis que le peuple algérien s’est rendu compte que les prétendues élections du 12 décembre ne vont servir qu’à reconduire les figures du même système, une version édulcorée de la même bande qui a détroussé le pays car, comme le disent les adages universels, on ne peut pas faire du neuf avec du vieux et un âne ne fera jamais un bon cheval de course ?

Lire aussi  Exclusif. Mobilis : les dessous d’un sabotage orchestré secrètement par Houda Feraoun et ses conseillers

L’heure est grave et les périls qui guettent le pays en cas de maintien de ces élections risquent de l’être davantage, parce qu’on ne peut pas agir impunément et indéfiniment contre la volonté du peuple. N’y a-t-il pas un risque de diviser le pays et de le plonger dans les affres d’un conflit interne ? Le pouvoir va-t-il mettre un dispositif policier devant toutes les salles dans lesquelles se tiendra un meeting électoral ? Va-t-il obliger les gens sous peine d’emprisonnement à aller voter ? Que vaudra un Président qui ne sera pas reconnu par la grande majorité de la population et qui aura pour seul interlocuteur et soutien le général qui l’aura mis sur le trône ?

Des patriotes sincères et propres existent au niveau où les décisions se prennent et il leur appartient d’empêcher cette mascarade et de répondre aux attentes de cette population avide de liberté et de justice.

R. A.

11 Commentaires

  1. Laissons Nanita, Saladin, Salim et tous les autres nous donner des arguments pour nous expliquer qu’il faut aller à ce scrutin.
    Moi et certainement une grande partie des Algériens qui scandent pas d’élections sommes convaincus que c’est une tartuferie.
    Mais en tant que Démocrates laissons les nous expliquer, nous dire les bienfaits qui résulteraient de cette élection, et pourquoi ils y tiennent tant.

  2. Déjà les mots utilisés sont outranciers, faux et diffamatoires . Parler de “démarche criminelle” de la part de Monsieur le Général Gaïd Salah qui n’est pas le premier venu, pour vouloir organiser des élections c’est au mieux une incongruité au pire une malhonnêteté intellectuelle d’un homme ou une femme qui se cache derrière l’anonymat d’initiales. J’ai bien rigolé à la lecture de la formule éblouissante de ” plein de morve et suffisance” que je retiendrai pour mes futurs écrits. Dénier à monsieur le Général Gaid Salah le droit de défendre son peuple et son pays contre les prédateurs de tous poils qui veulent dépecer le pays au motif qu’il ne serait pas un élu c’est oublier que les héros du 1er Novembre 1954 n’étaient ni élus, ni connus ni reconnus par personne mais qu’ils ont fait le serment de libérer l’Algérie alors que le peuple était dans une totale léthargie après le massacre du 8 mai 1945. Il n’est venu à l’idée d’aucun Algérien de leur demander de faire la preuve de leur qualité. Nous sommes exactement dans la même situation: des gens qui ont remplacé nos colonisateurs sans droit ni titre nous ont exploités à leur tour et il s’est trouvé un homme pour dire nous devons écouter le peuple et maintenant ce ou cette R.A qui appelle son torchon une contribution , lui dénie le droit de venir au secours de son peuple et lui donner justement l’opportunité de désigner ses élus. Que les patriotes sincères présentent leurs candidats et qu’ils arrêtent de jeter le trouble dans l’esprit des gens quand leur but n’est que de prendre la place laissée chaude par la Issaba . Et aussi que la ou le contributeur cesse de nous faire croire qu’il y a une élite raisonnable et providentielle qui n’aime pas le pouvoir ni l’argent et qu’elle attend qu’on lui remette le pouvoir pour accomplir de grandes et belles choses avec abnégation et désintéressement, cela n’existe pas !!

  3. mr nanina:vous confondez 1er nov 54 ,soulevement contre132 ans de colonisation et le 22 fevrier2019:pas besoin de demander quoique ce soit aux 22 qui ont declanche la revolution contre l’enemi,et et ou alors votre general a pour enemi le peuple algerien encore!erreur il ne fallait meme vous donner la peine!laisser les autres,ceux qui souffrent et ont souffert 60 ans de dictature ,choisir leur futur president en temps utile :rien ne presse!on a subi 60 ans de misere,autorisation de sortie blocage de devises piston nepotisme ,socialisme de merde, et maintenant mosquees jusqu à mort s’en suive!laisser nous respirer enfin!

  4. Bonjour. Merci nanita de ton sanctuaire commentaire je tenais à rendre hommage ou trois jeune militaires qui tu pourrais être mon frère nos enfants nos parents qui sont tomber hier dans une embuscade d’un groupe terroriste sans notre armée populaire et nationale nous serions devenus la Libye merci à vous à tous les corps de sécurité qui permettait à tout le peuple algérien de pouvoir vivre libre vivement le 12 12 2019 one two three viva l’Algérie on ne m’empêchera pas en ce qui me concerne d’aller faire mon devoir de citoyen algérien pour élire un président de la République et de sortir l’Algérie de son marasme cela ne que trop duré les Algériens sont sortis le 22 février contre le 5e mandat et contre la issaba et rien d’autre. Quant à toi bibi Netanyahu le kazar personne ne t’empêche de ne pas aller voter ou d’aller voter chaque citoyen algérien est libre de faire de ne pas faire c’est ça la démocratie est un État de droit c’est ce que veut le peuple algérien un État de droit

  5. A Nanita et Saladin,
    De grâce ne mettez plus dans vos bouches le mot et les noms des chouhadas car vous les profanés.
    Comparer un grabataire pédophile avéré sans aucun fait d’armes sauf l’envoi à la boucherie des jeunes appelés à Amgala est une insulte aux martyrs.
    Vous avez le droit de le vénérer, mais à force je pense que vous avez quand même subi son bizutage.
    Vous n’êtes que des traîtres à la nation et au peuple.
    Vive l’Algérie, libre et démocratique.
    Ils peuvent payer autant de mouches qu’ils veulent, les patriotes ont le moral et l’Algérie Chevillée au corps.
    Votre heure est proche et ni le pédophile ni vous ni personne n’y peut rien.
    C’est beau les Algériens sous la pluie en direct à la TV, quant à vous allez un peu de cachir et casse-croûte et au boulot.

  6. Bibi il y a comme une panne dans la comprenette et l’inspiration dans votre dernier discours . Il ne faut pas vous forcer à dégoiser si vous n’avez rien à dire . Si la parole est d’argent le silence est d’or!!!

  7. A Naputa,
    Je répète ce que j’ai dis n’associez jamais le nom des chouhadas morts pour la patrie, avec celui du kabran pédophile, qui n’a de Moudjahid que l’usurpation du nom.
    Même si cela vous fait mal au cul, c’est la vérité. Quant à vos louanges de poufiasses de foyers Sonacotra, allez y profiter bien il vous reste encore un mois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici