Documents exclusifs. Comment le gouvernement Sellal a privé une entreprise publique d’un marché de 20 millions d’euros pour l’offrir au milliardaire Abdelmalek Sahraoui

1

Algérie Part a obtenu au cours de ses investigations de nouveaux documents exclusifs qui retracent les malversations financières du député milliardaire Abdelmalek Sahraoui, député FLN de la wilaya de Mascara. Nos documents dévoilent un gravissime scandale qui a ébranlé à partir de 2014/2015 un important projet public dans le secteur des travaux publics.

En effet, Abdelmalek Sahraoui a usé de son lobbying et de sa proximité avec les décideurs politiques pour contraindre le gouvernement Sellal à retirer une entreprise étatique d’un marché de 200 millions d’euros afin de le confier à une entreprise appartenant à cet oligarque originaire de Mascara.

Ce scandale concerne, en vérité, le dossier IRRIGOUT, une société appartenant à Abdelmalek Sahraoui, qui a obtenu dans des conditions troublantes la réalisation d’une partie de la pénétrante autoroutière reliant Oran à Masacra. L’entreprise d’Abdelmalek Sahraoui a déroche le lot N°2 de ce marché qui lui a été attribué de gré à gré. Il s’agit d’un marché d’un montant équivalent à 20 millions d’euros. Au départ, l’agence nationale des autoroutes (ANA) a refusé d’associer Abdelmalek Sahraoui à ce projet autoroutier car sa société n’avait pas la moindre expérience ou savoir-faire pour réaliser de telles routes. Irrigout réalisait uniquement des petites routes communales, des ralentisseurs ou des trottoirs. Elle n’a aucune référence qui pourrait lui permettre de réaliser 9 KM d’autoroute avec 11 ouvrages d’art. Et pourtant, avec une société qui réalise de simples travaux publics rudimentaires ou des dos-d’âne, Abdelmalek Sahraoui a réussi à éjecter une entreprise publique, appartenant à l’Etat, pour lui subtiliser le marché.

Les documents obtenus par nos soins démontrent effectivement que la société iRRIGOUT SPA n’a pas été retenue au départ pour ce projet à cause de son manque d’expérience et qualification nécessaire pour sa réalisation. Les entreprises qui ont été retenues à la base sont : LIC (Espagne), CHM (Espagne) Benzamia (Chlef) et l’entreprise publique ETGR.

Abdelmalek Sahraoui va déployer tout son lobbying en commençant par adresser en février 2014 2 lettres au DG de l’ANA et Ministre des Travaux Publics de l’époque. Des lettres pour réclamer officiellement l’intégration de IRRIGOUT à ce groupement d’entreprises. Mais personnes n’a répondu favorablement aux réclamations de Sahraoui.
A la suite de ce premier échec, Abdelmalek Sahraoui trafique tout le dossier de IRRIGOUT pour avoir la qualification N°09, la condition nécessaire qui devait lui permettre d’être sélectionné pour ce genre de marchés publics.
Il décide, ensuite, d’adresser une lettre officielle à Abdelmalek Sellal, l’ex-premier ministre le 5 mars 2014 pour réclamer son intervention et l’attribution d’une partie de cette pénétrante qu’il convoite de toutes ses forces. Par enchantement, au lendemain de sa lettre, soit le 6/03/2014, Abdelmalek Sellal instruit le DG de l’ANA de recevoir Abdelmalek Sahraoui et son Frère Omar Sahraoui pour écouter et prendre en charge leurs doléances.
Une semaine plus tard, le gouvernement d’Abdelmalek Sellal décide d’intégrer IRRIGOUT dans le groupement des entreprises chargées de réaliser cette précieuse pénétrante. Et pour ce faire, l’entreprise publique ETGR a été retirée du Groupement algéro-espagnol pour rajouter l’entreprise de l’oligarque Abdelmalek Sahraoui.
Et c’est, ainsi, que le milliardaire algérien a hérité d’un projet de réalisation d’un tronçon autoroutier de 9km équipée de 11 ouvrages d’art de grande envergure en dépit de la résistance acharnée de l’Agence Nationale des Autoroutes (ANA).
Jusqu’à aujourd’hui encore, le projet est toujours en cours et il enregistre un énorme retard notamment au niveau des 9km gérés par l’entreprise IRRIGOUT. A la fin de l’année 2018, les travaux de réalisation de la pénétrante autoroutière reliant l’autoroute Est-Ouest à la ville de Mascara, sur une distance de 43 km en 2 x 3 voies, ont accusé un énorme retard et risquent de s’éterniser. Après trois ans et demi de son lancement, le projet était à 55 % d’avancement. Ce qui est choquant, c’est que ledit taux d’avancement des travaux n’a progressé que de 3% depuis le 23 mars 2017, jour de la visite de travail effectuée par l’ex-wali, El Affani Salah, où il a été communiqué un taux d’avancement de 52% ! C’est dire enfin que ce projet a tourné au scandale en raison de l’influence d’un oligarque à la réputation très sulfureuse.

1 COMMENT

  1. normalement les gens de Mascara que je respect beaucoup sont spécialisés dans l’agriculture et surtout dans la pomme de terre , donc au lieu de lui donné des marchés dans le BTP il fallait l’aider à rester dans sa spécialité d’origine .

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here