Échouage d’un requin bleu sur la plage de Djendjen (Jijel)

1

Les garde-côtes ont relevé mercredi l’échouage d’un requin bleu au port de Djendjen à l’Est de la wilaya de Jijel a indiqué la directrice locale de la pêche et des ressources halieutiques, Nadia Ramdane. «Le cadavre du requin a été découvert dans un bon état et ne présentant aucune trace d’accident», a précisé à l’APS la même responsable soulignant que des cadres de la direction qu’elle représente, des éléments de la Protection civile et des représentants de la commune de Taher se sont dépêchés sur les lieux, dés l’alerte donnée par les garde-côtes». L’animal de 2,55 mètres pesait 120 kg et est classé «espèce sensible», a-t-on noté indiquant que le cadavre du requin a été évacué et enterré par les services communaux.

Un incident plonge brièvement une partie de Paris dans le noir
Un incident technique a brièvement plongé une partie de la capitale française Paris dans le noir mercredi soir, touchant environ 200.000 foyers, selon l’opérateur RTE. La coupure d’électricité, qui a eu lieu à 21h50 mercredi, est due à un incident dans le poste électrique RTE de Cergy-Pontoise, situé dans le Val-d’Oise. A 22h, l’ensemble des foyers avaient été réalimentés, a précisé le Réseau de transport d’électricité. Dans le détail, cet incident est lié à des creux de tension qui ont généré un halo de lumière, a expliqué une porte-parole de RTE, un halo qui a suscité les interrogations sur les réseaux sociaux. Des internautes ont posté sur Twitter des vidéos montrant une «lumière bleue» à Cergy ou ont fait état de «GROS flash bleu/vert dans le ciel et des grondements à Cergy/Pontoise». D’autres ont filmé plusieurs quartiers de la capitale française totalement plongés dans le noir, comme celui des Champs-Elysées, brièvement privés de leurs illuminations de Noël.

Un mort dans un accident de la circulation près de la station thermale de Zelfana (Ghardaia)
Une personne a trouvé la mort dans un accident de la circulation survenu mercredi au début de soirée sur la RN- 49, près de la station thermale de Zelfana à 40 km en sud/est de Ghardaia, a-t-on appris auprès de la Protection civile (PC). L’accident est survenu sur la route nationale N 49 près de la station thermale de Zelfana lorsque le camion-citerne de la victime transportant de l’eau a dérapé avant de faire plusieurs tonneaux et finir sa course en dehors de la chaussée, causant la mort sur place du chauffeur. Le corps de la victime âgée de 59 ans, décédée sur place, a été évacué vers la morgue de la polyclinique de Zelfana établissement sanitaire la plus proche du lieu de l’accident.

Lire aussi  Rabat veut ouvrir une représentation diplomatique pour le MAK de Mehenni ?

Intoxication au monoxyde de carbone : un mort et quatre personnes sauvées en 48h à Tipasa
Une personne est décédée, à Tipasa, suite à une intoxication au monoxyde de carbone, au moment ou quatre autres ont été sauvées d’une mort certaine, durant ces dernières 48 heures, par les services de la protection civile de la wilaya, a-t-on appris, mercredi, auprès de ce corps constitué. Deux accidents distincts relatifs à des intoxications au monoxyde de carbone, ont été enregistrés, en 48 heures, dans la wilaya. Le premier, dans la ville de Bourkika, ou une personne (43 ans) est décédé, au moment ou une 2eme a été sauvée, a-t-on indiqué de même source.

Un chiot de 18 000 ans retrouvé (presque) intact sous la glace en Sibérie
Il était dans la même position, isolé dans un bloc de glace au nord-est de Yakutsk en Sibérie, depuis plusieurs milliers d’années. Baptisé “Dogor”, cet animal de sexe masculin entre le chien et le loup a été retrouvé par des chasseurs de défenses au courant de l’été 2018, comme le rapporte le Siberian Times. Après plusieurs tests effectués au radiocarbone, ce petit être serait mort à l’âge de deux mois, il y a exactement 18 000 ans. “Dogor”, qui signifie “ami” en yakutien, se trouvait dans un état “étonnamment bien conservé”. Après avoir nettoyé l’animal le plus minutieusement possible, les scientifiques suédois, en charge de son analyse, ont décrit un animal “avec une magnifique fourrure extrêmement rare pour les animaux de cette époque” et une dentition presque intacte: “Il ressemblait à un animal mort très récemment”.

Lire aussi  Ce que cache le mandat d’arrêt international contre Saïd Bensedira

La lutte contre le tabagisme réduit les risques de cancer du poumon
La prévention contre le cancer du poumon est possible à travers la lutte contre le fléau du tabagisme, a affirmé mercredi le maître- assistant à la clinique des maladies respiratoires du Centre hospitalo-universitaire Mustapha Pacha, le Pr. Nadjib Adimi. Le cancer du poumon, en tête des cancers touchant les hommes en Algérie, «peut être évité et prémuni à travers la lutte contre le tabagisme, qui est le principal facteur à l’origine de cette maladie», a-t-il précisé. Le Pr. Adimi a estimé que ce type de cancer, diagnostiqué depuis plus de 70 ans et répandu dans les pays à revenu moyen et limité, était en progression constante d’année en année, causant un grand nombre de décès. Déplorant le changement de la situation épidémiologique avec le diagnostic de cas de plus en plus jeunes, alors que les services accueillaient auparavant des patients fumeurs depuis plus de 20 ans, il a fait état de l’addiction inquiétante d’adolescents, voire même d’élèves ne dépassant pas 12 ans. Le Dr. Djilali Bourdjioua du service de Chirurgie générale au CHU de Beni Messous, a indiqué que la majorité des cas devant se faire opérer arrivent malheureusement en phase finale, déplorant le non recours aux moyens de dépistage précoce, à l’exemple de bilans anatomopathologiques, de scanners développés ou encore d’examens médicaux. Pour sa part, la présidente de l’Association d’aide aux cancéreux «Nour El Dhoha», Mme Samia Gasmi a souligné l’importance de l’organisation de telles rencontres scientifiques pour mobiliser les différents acteurs et améliorer la prise en charge des malades. Elle a fait savoir, par ailleurs, que la majorité des malades des régions isolées recouraient aux associations pour bénéficier d’analyses médicales et de scanners. Les malades dans les régions isolées souffrent du manque de pneumologues et de difficultés à se déplacer aux grandes villes, a ajouté Mme Gasmi, appelant, dans ce cadre, les pouvoirs publics à dépêcher, au moins une fois par mois, aux sein des établissements hospitaliers, des spécialistes pour assurer le dépistage précoce et prendre en charge les malades.

Source :

1 COMMENTAIRE

  1. Certainement c’est un requin appartient a said Bouteflika qu’il s’est suicidé de chagrins de son maitre,après les terroriste c’est les requins;cette ville n’a pas de chance

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici