Gaid Salah explique pourquoi il tient aux élections présidentielles et s’en prend aux « traîtres »

0

La seule issue envisageable pour la crise actuelle qui paralyse l’Algérie est l’élection présidentielle. C’est du moins ce que croit savoir Ahmed Gaid Salah qui a affirmé clairement que seule cette option est privilégiée par le haut commandement de l’ANP.

« C’est dans ce contexte que s’inscrit l’approche raisonnable et sensée contenue dans le dernier message du Chef de l’Etat, concernant l’effort à consentir afin de sortir le pays de sa crise actuelle », a-t-il déclaré dans son nouveau discours prononcé ce jeudi. « Autant que nous encourageons et soutenons son contenu, nous considérons sa démarche comme une des étapes importantes à franchir sur la voie de la résolution appropriée de cette crise politique que traverse le pays. Nous considérons, au sein de l’Armée Nationale Populaire, que les prochaines élections présidentielles sont le premier fruit constitutionnel et légal de ces solutions. Nous considérons également qu’elles renferment ce qui nous permettra de poursuivre les avancées vers l’instauration des assises d’un Etat de droit où prévaudra le progrès économique, la prospérité sociale et la cohésion sociétale, et où règnera la sécurité et la stabilité », explique-t-il encore avant de s’en prendre très sévèrement à ceux qu’il qualifie de « traîtres » !

Des « traîtres » qui veulent saboter « ces présidentielles que nous considérons réellement comme la clé pour accéder à l’édification d’un Etat fort avec des fondements sains et solides », confie Gaid Salah d’après lequel ces personnes ou officines sont « les inféodés de la bande » de l’ancien régime des Bouteflika.

Gaid Salah les accuse de « commencer à mener des campagnes aux objectifs bien connus, pour remettre en cause toute action qu’entreprend l’institution militaire et son Commandement novembriste, ainsi que tout effort que consent chaque fils dévoué à cette patrie. Pour ce faire, ils ont adopté la voie des appels directs au rejet de toute action qui peut concourir à résoudre la crise, croyant qu’ils pourront échapper à l’emprise de la justice. Toutefois, nous leur adressons une sérieuse mise en garde, que l’Algérie est plus chère et plus précieuse pour qu’elle soit, elle et son peuple, victimes de ces traitres qui ont vendu leur âme et conscience et sont devenus des outils manipulables voire dangereux entre les mains de ces cercles hostiles à notre pays », a-t-il prévenu en dernier lieu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici