Hausse inquiétante des crimes : l’autre menace due à l’illégitimité du pouvoir

1
Source :

Par Houari A. – Le phénomène a atteint des proportions alarmantes si l’on en juge par les comptes rendus quotidiens qui, depuis quelques semaines, font état d’une multiplication jusque-là inexpliquée du nombre de meurtres, souvent crapuleux, à travers le pays.

Deux caractéristiques communes distinguent cette vague de crimes : l’extrême violence utilisée par les auteurs de ces actes et les raisons sociales ou familiales à l’origine de ces forfaits. Comment expliquer cette explosion de violence dans la société ? Des observateurs ont estimé que cette situation est induite par le statu quo politique né de la prise de pouvoir par les symboles du régime au lendemain de la démission de Bouteflika et les conséquences que cela a engendrées. Pour ces observateurs, de nombreux phénomènes négatifs vont encore être générés par le caractère illégitime du pouvoir, dont une absence de plus en plus remarquée de l’autorité et l’apparition de zones de non-droit.

Lire aussi  L’Algérie n’acceptera aucune ingérence ou diktat

Plus la crise dure en raison du refus des tenants du pouvoir actuels de restituer le pouvoir usurpé depuis le 9 juillet dernier, plus les fondements de l’Etat sont menacés d’écroulement. Parallèlement au caractère pacifique du mouvement de contestation populaire, que le pouvoir tente de dévoyer et de contrecarrer par moult moyens perfides, la société, consciente de la gravité de l’enjeu du hirak – éradiquer à jamais le système et ses symboles – multiplie les initiatives pour pallier les défaillances des autorités publiques, allant de leur incapacité à assurer leur banale mission d’entretien de la voie publique jusqu’à celle de garantir la tranquillité et la sécurité des citoyens.

Lire aussi  Exclusif. A l’inspection générale du ministère de la Justice, l’ancienne équipe de Tayeb Louh fait toujours des ravages

Les réseaux sociaux, bien qu’infestés par les parasites disséminés par le pouvoir, servent de moyen de communication privilégié pour appeler à la vigilance et à la sagesse, et remplacent ainsi les moyens médiatiques traditionnels dont les tenants du régime se servent pour mener leur vaine propagande.

H. A.

Source :

1 COMMENTAIRE

  1. “Pour ces observateurs, de nombreux phénomènes négatifs vont encore être générés par le caractère illégitime du pouvoir, (…) et l’apparition de zones de non-droit.”

    Attention ! Vous êtes en train de tomber vos masques ! Les “zones de non-droit” ont attendu la mise en place du régime actuel pour “apparaître” ? Donc elles sont directement liées au régime actuellement en place. Une logique un peu “technique” ; un peu orientée … Un peu politique !
    Qui sont ces observateurs …

    Et si c’était juste que des maux très anciens remontent à la surface tout naturellement à un moment où la conjoncture rend possible la “libération” de tensions devenues intenables ? Je m’explique …
    La fièvre, les boutons, les démangeaisons, le nez qui coule … sont pour le corps autant de manifestations d’une réaction de défense en cours. Ces symptômes ne sont pas LA maladie, mais des signes que l’organisme est en train de réagir à une agression. Ce qui signifie que l’organisme est sain. Qu’il a des ressources et les utilise à bon escient.

    Soigner les boutons dans ce cas ne soigne pas le mal mais effance la “fumée” du “feu” produit par l’organisme dans son action d’autodéfense.

    De la même façon, on peu considérer que les faits de violence mortelle qui semblent jaillir de terre depuis peu en Algérie sont des symptômes d’un mal dont souffre en silence le corps social depuis longtemps, qui se manifeste par des irruptions spontanées identiques à celle d’un volcan en montée de lave.

    Les experts devraient faire preuve d’un peu d’intétêt pour la sociobiologie avant de formuler des condamnations professorales contre les hommes politiques actuels. Ça ressemble à un appel à raser les boutons d’une varicelle ! C’est de la politique de cour de récré. Ce n’est pas le bon traitement !

    “Demande conseil à un homme d’expérience plutôt qu’à un homme de science” dit un dicton populaire. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici