Huit poids lourds de la politique pour un dialogue avec l’institution militaire

1
Par Saïd N. – Les forces de l’opposition ont décidé de reporter la tenue de la conférence de dialogue national au 6 juillet prochain, après l’avoir programmée pour le 29 juin, et ce afin de finaliser les préparatifs techniques et, surtout, pour essayer d’obtenir un maximum d’adhésions.

Les organisateurs cherchent, en effet, à assurer une large participation des forces politiques et de la société civile, et se donnent un peu plus de temps pour convaincre les plus réticents, notamment les partis démocrates, comme le FFS et le RCD, même si ce dernier, selon des sources proches de l’opposition, a donné son accord pour y prendre part. Or, le FFS risque même de ne pas être invité, au motif que la conférence rejette d’emblée toute discussion sur l’idée d’une Assemblée constituante, ardemment défendue par le parti fondé par Hocine Aït Ahmed.

Lire aussi  Signe d’un pouvoir aux abois : la machine répressive se remet en marche

En sont aussi exclus tous les partis ou personnalités ayant «collaboré» avec le régime d’Abdelaziz Bouteflika. Cela dit, les organisateurs misent beaucoup sur la présence d’une belle brochette de personnalités de poids, telles qu’Ahmed-Taleb Ibrahimi, Youcef Khatib, Djamila Bouhired, les ex-chefs de gouvernement Mokdad Sifi, Sid-Ahmed Ghozali, Ahmed Benbitour et, probablement aussi, Mouloud Hamrouche, en plus de l’incontournable Abdelaziz Rahabi qui est déjà désigné comme coordinateur de cet événement.

Le choix de la date du 6 juillet pour la tenue de cette conférence semble dicté par le souci d’anticiper la fin du mandat du chef d’Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, qui interviendra le 9 juillet. Le Conseil constitutionnel avait décrété une prorogation de ce mandat jusqu’à l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle mais le mouvement populaire et l’ensemble de l’opposition ne cessent de réclamer le départ du chef d’Etat et du Premier ministre, Noureddine Bedoui, désigné en février dernier par l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, en posant cette revendication comme un préalable pour un vrai processus de changement. Leur maintien à leur poste est devenu la principale source du statu quo actuel qui est entretenu par le commandement de l’état-major de l’ANP.

Lire aussi  Plus de 230 personnes arrêtées octobre dernier à Alger

Il faut donc s’attendre à ce que la conférence de dialogue interpelle solennellement le commandement de l’institution militaire et son chef pour l’amener à accepter un compromis salutaire.

S. N.

Source : algeriepatriotique

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici